La culture luthérienne en Saxe et Saxe-anhalt

Cathédrale de Merseburg :  maître autel
Cathédrale de Merseburg : maître autel
La 17ème rencontre européenne des musées protestants vient de se dérouler en Saxe-Anhalt et Saxe, autour de Weissenfels, Lützen, Leipzig, Dresde et Meissen, permettant de mieux faire connaître, aux participants de 11 pays, divers aspects de la culture luthérienne qui s’est épanouie dans cette région, assez proche de Wittenberg.

Les églises romanes ou gothiques furent réutilisées sans grand changement, comme la magnifique cathédrale de Naumburg qui a conservé ses deux jubés. Les édifices spécifiquement luthériens comportent généralement une nef bordée de tribunes reliées au buffet d’orgue qui, à l’époque baroque, prendront une ampleur théâtrale.

Le mobilier liturgique s’adapte aux préceptes de Luther, basés sur la Prédication et ne retenant que deux sacrements, le Baptême et la Cène.

Lire la suite

Evangile et liberté, Le protestantisme libéral

Évangile et liberté vient de fêter ses 120 ans d’existence. C’est le journal du protestantisme libéral, né à la fin du 19e siècle et qui est aujourd’hui plein de vitalité et de dynamisme. Il paraît tous les mois et propose des textes de réflexion sur la vie, sur la société, sur Dieu, sur la foi chrétienne, sur les religions. On y trouve des textes de réflexion, mais aussi des billets d’humeur, des recensions de livres, des textes de méditation. Il a pour spécificité de promouvoir un christianisme d’ouverture, c’est-à-dire, ouvert sur le monde, qui se laisse interpeller par l’actualité, par la société, mais aussi par la culture, la science, les autres religions.

Le protestantisme libéral revendique une foi chrétienne sans esprit d’orthodoxie, c’est-à-dire sans vérité toute faite, indiscutable, fermée à la critique. Sa raison d’être est de refuser le divorce qui existe trop souvent entre la foi et la raison. Croire, c’est aussi comprendre ce que l’on croit, interpréter, donner du sens.

Lire la suite

L’inauguration du temple-musée de Lemé en Thiérache

Temple de Lémé
Temple de Lémé
Le samedi 17 juin dernier, l’Association pour la Sauvegarde du temple de Lemé en Thiérache a inauguré son Temple-Musée. C’est l’aboutissement de 18 années d’efforts. En tout premier, ce fut le sauvetage du clocher qui menaçait de faire s’écrouler la façade. Notre premier Président, Claude-Jean Lenoir, y fut pour beaucoup par une aide exceptionnelle de la Société Genevoise en faveur des Protestants disséminés.

L’ouverture au public de ce temple-musée, les samedis et dimanches après-midi en juillet et août, et pour les journées du Patrimoine en septembre, par une équipe de bénévoles, témoigne de la vitalité d’un terroir rural où la minorité protestante présente son histoire qui remonte aux origines du protestantisme en Brie apporté par des ouvriers saisonniers. Comme à Meaux, où les premiers conventicules hétérodoxes furent animés par un cardeur de laine, c’est un savetier de Lemé, du nom de Georges Magnier, qui en fit de même en Thiérache. Arrêté lors d’une assemblée clandestine vers 1550, il fut l’un des premiers galériens martyr pour sa foi.

Lire la suite

Le protestantisme arménien
Union des églises évangéliques arméniennes de France

C’est en 301 que l’Arménie adopte le christianisme comme religion d’état. D’après la tradition, le christianisme aurait été introduit pour la première fois en Arménie par Thaddée, le disciple du Christ, et par l’apôtre Barthélemy. Dès la fin du second siècle, plusieurs communautés chrétiennes se développent en Arménie. C’est le prêtre saint Grégoire, à l’origine de la conversion du roi Tiridate, qui posera les fondements de l’Eglise arménienne (Eglise Apostolique Arménienne). En 406, l’invention d’un alphabet et la traduction de la Bible en arménien marqueront une étape décisive dans la propagation de la foi chrétienne en Arménie. N’ayant pu participer au concile de Chalcédoine en 451, l’Eglise arménienne s’est retrouvée séparée des autres Eglises. A partir de là, elle s’est développée de façon autonome. Aujourd’hui, elle est membre du Conseil Oecuménique des Eglises. Elle revendique son caractère d’Eglise nationale.

Lire la suite

L’Eglise lutherienne de bon-secours à Paris

Connaissez-vous le 11e arrondissement de Paris, savez-vous qui y habite et depuis quand ?

Déjà sous Louis XI, au XVe siècle, des ouvriers du bois étaient installés avec leurs familles sur les terres de l’enclos religieux du couvent des « Dames de Saint-Antoine » qui leur donnaient asile. Et, au cours des deux siècles suivants, beaucoup d’ouvriers et d’artisans du meuble continuent à se fixer autour de ce noyau premier en en faisant une spécialité.

Mais c’est au XVIIIe siècle que le Faubourg Saint-Antoine connaît son âge d’or quand, après la mort de Louis XIV (1715), la société mondaine vient se réinstaller de Versailles à Paris. Pour répondre à cette nouvelle demande, l’appel de main-d’œuvre est tel que l’on voit affluer vers la capitale des artisans provinciaux et étrangers qualifiés. Alsaciens et Allemands rhénans arrivent en nombre. Spécialisés en ébénisterie, ils s’installent tout naturellement au Faubourg Saint-Antoine, où certains, comme Oeben et Riesener font fortune. Beaucoup d’entre eux sont luthériens, et tout heureux, dans ce royaume d’intolérance, d’être accueillis aux chapelles luthériennes des ambassades scandinaves -suédoise et danoise- qui leur assurent protection, libre exercice du culte dirigé par des pasteurs nommés par leurs rois, registres d’état civil, assistance, soins et possibilité d’être inhumés au cimetière des étrangers de la Porte Saint-Martin.

Lire la suite

La Chapelle Royale Protestante de Bruxelles

Le temple de l’Église Protestante de Bruxelles, dénommé « Chapelle Royale », est un petit joyau de l’architecture du 18e siècle.

Grâce aux Articles organiques du 18 germinal An 10, l’Église s’était réorganisée au cours de l’été 1802. Elle était la continuation de la communauté qui se réunissait depuis 1656 dans la chapelle de l’ambassade de Leurs Hautes Puissances les Provinces-Unies des Pays-Bas. Après bien des démarches, elle avait enfin obtenu, le 25 octobre 1804, un décret de l’empereur Napoléon Ier, accordant « un oratoire de la communion réformée à Bruxelles », ainsi que la confirmation de la jouissance du temple, mis à sa disposition par le préfet du département de la Dyle.

Lire la suite

L’église protestante américaine a Paris

Bonjour Mesdames et Messieurs,

Je suis Madame Christine Blair, pasteur de la vie communautaire à l’Eglise Américaine de Paris. Je vais vous raconter un peu de l’histoire de cette église protestante, et vous parler de sa mission aujourd’hui, dans notre vie quotidienne.

Grâce aux secours que la France a donnés à la nation nouvelle-née des Etats-Unis d’Amérique, beaucoup d’Américains sont venus étudier, faire du commerce ou travailler en France au début du XIXe siècle. On s’est vite rendu compte que les Américains avaient besoin d’un lieu de culte ou d’une chapelle. Un petit groupe anglophone a commencé à se rassembler pour le culte en 1814, et en 1816, l’Eglise Réformée de France a permis l’utilisation de l’Oratoire (à côté du Louvre). Napoléon III a signé le contrat qui a établi l’église rue de Berri, et c’est finalement en 1929 que nous avons construit l’église qui se trouve au quai d’Orsay.

Lire la suite

L’Armée du Salut

L’Armée du Salut, beaucoup la connaissent de nom. Mais elle est bien plus qu’une organisation caritative. Elle fait le lien entre les valeurs évangéliques et la réalité de tous les jours.

Que ce soit dans la lutte contre l’exclusion, la prévention et l’action éducative auprès des jeunes, l’accompagnement en fin de vie, la solidarité de proximité tout en se référant à la Bonne nouvelle de Jésus-Christ… l’ « armée » fondée par William Booth, au milieu du XIXème siècle, ne désarme pas.

William Booth était un prophète des temps modernes. Révolté par l’extrême misère matérielle et morale des populations ouvrières, il sort de son Église pour prêcher l’Évangile, et lutte pour donner à ces gens des conditions d’existence plus décentes. Avec une poignée de fidèles et de nouveaux convertis il forme une organisation hiérarchique et combative dont le programme se résume en trois mots : Soupe, savon, salut. Aujourd’hui, l’Armée du Salut est à l’œuvre dans 108 pays à travers le monde.

Lire la suite

La Société huguenote en Pologne

C’est avec joie que le Comité protestant des Amitiés Françaises à l’Étranger a appris la naissance d’une société huguenote en Pologne en l’an 2000. Son fondateur, Casimir Bem, a déjà rassemblé 45 membres, l’un d’entre eux étant même domicilié aux États Unis.

Nicolas de Lacoste, diplomate protestant attaché à l’Ambassade de France à Varsovie, a aidé Casimir Bem à créer la société.

La Société huguenote en Pologne a des membres répartis dans tout le pays, la majorité se trouvant toutefois à Varsovie et à Lodz. Un bulletin paraît deux fois par an, rédigé en polonais, français et anglais. Il présente des comptes rendus des réunions de la société et des communications sur l’histoire des huguenots.

Lire la suite

Saint-Gall et son église francaise réformée

Ville libre de l’Empire depuis le XIIIe siècle, Sankt Gallen (en français Saint-Gall) s’était donné une organisation commerciale efficace et s’était assuré une bonne réputation à l’étranger par la production et l’exportation de ses toiles de lin.

Lieu de résidence d’un Prince-Abbé, la cité abritait un monastère de renom, dont les biens territoriaux entouraient l’enceinte de la ville.

Le Traité de Paix perpétuelle, conclu en 1516 par François Ier avec les Cantons suisses, renforça les relations d’intérêt réciproques. Saint-Gall, alliée des autres Cantons suisses depuis 1454, s’assurait ainsi d’anciens privilèges commerciaux dans la vallée du Rhône. Dès lors, un courrier régulier relia Saint-Gall à Lyon en cinq jours !

Lire la suite