Le protestantisme du Nord de la France et en Thiérache (Lettre 62)

 

Vue extérieur duTemple de Lemé Vue intérieure du Temple de Lemé

 

Le protestantisme du Nord de la France est souvent méconnu, et une visite au temple-musée de Lemé en Thiérache, au nord de l’Aisne, rappelle son importance historique.
L’implantation du protestantisme en Thiérache remonterait aux tout débuts de la Réforme par le biais de paysans saisonniers venus faire les moissons aux alentours de Meaux. Meaux où est dressée en France la 1ère Eglise réformée, en 1545. Des groupuscules disséminés se réunissent pour lire la Bible et chanter des psaumes. En 1563, au Synode de La Ferté-sous-Jouarre, le pasteur de Montcornet est sollicité par la communauté de Parfondeval.

Lire la suite

L’Eglise protestante française de Soho à Londres (Lettre 60)

 

 

 

 

 

 

 

Alors que depuis le 23 juin 2016, le processus du Brexit soulève de nombreuses incertitudes quant au devenir de la communauté française du Royaume-Uni, l’organisme chargé du classement des monuments historiques, Historic England, vient de souligner, en août dernier, l’importance majeure, tant architecturale qu’historique, du temple de Soho square au centre de Londres en revoyant son classement d’un grade II à un grade II*, catégorie qui recouvre moins de 6% des bâtiments classés au Royaume-Uni et n’est accordé qu’aux bâtiments dits d’une importance particulière.
En cette année de célébration des 500 ans de la Réforme, Historic England a notamment justifié cette révision par le fait que l’Eglise de Soho, en tant que dernière église protestante française du Royaume-Uni, est devenu le symbole même de la tolérance religieuse anglaise qui les a vu accueillir dès le XVIe siècle les premiers réfugiés huguenots fuyant les persécutions en France.

Lire la suite

Nanteuil les Meaux, « capitale du protestantisme de la Brie » (Lettre 59)

 

 

 

 

 

Nanteuil-les-Meaux ? Ce village de Seine et Marne devrait tenir une place plus importante dans la mémoire protestante. Savez-vous, en effet, que c’est dans son faubourg de Chermont, que fut édifié en France un des tout premiers temples réformés, vers 1570 (Robert Mousseaux : « Chassés de Meaux et de l’église qu’ils avaient achetée, en raison des désordres qu’ils avaient commis en 1561,les protestants s’enfuient vers Nanteuil. Ils construisent sur la route à un km le temple de Cornillon, rasé en 1567, après la Surprise de Montceaux ». Selon Gal-Ladevèze (1112 S.H.P.F) ils commencent la construction du temple de Chermont en 1570, à 5 kms de Meaux.) ?

Ceci nous ramène aux origines de la Réforme française à Meaux. Le curé Briçonnet avait attiré (Dès 1508) à St-Germain-des-Prés, puis à Meaux dont il est nommé évêque en 1520, son ancien professeur Jacques Lefèvre d’Etaples, théologien humaniste qui traduit la Bible en français et professe un retour au christianisme des origines.   L’évêque Briçonnet reprend en main son diocèse, ne gardant que les meilleurs éléments de son clergé, et fait prêcher en français – et non en latin- à partir des épitres de Paul et des textes bibliques traduits par Lefèvre.

Lire la suite

Haussmann et Baltard, les 150 ans du temple du Saint-Esprit à Paris

photo du temple du Saint EspritL’église protestante unie du Saint-Esprit, rue Roquépine, édifié à proximité du boulevard Haussmann et de l’église Saint-Augustin, célèbre son cent-cinquantenaire.

Ce temple construit sous Napoléon III en 1865 est très emblématique. C’est le plus grand temple élevé comme tel à Paris, sous la coordination de deux protestants, le baron Haussmann et l’architecte Victor Baltard. Le temple est inclus dans un immeuble qui comprenait des écoles de filles et de garçons, selon une conception associant temple et école chère à la Réforme. A l’intérieur, le grand volume octogonal, est éclairé par une immense verrière zénithale. La façade soulignée par des pilastres ne dépasse pas l’alignement du bâtiment. Un petit campanile abrite la cloche. C’est l’Impératrice qui avait exigé un édifice discret qui ne soit pas visible de Saint-Augustin dont elle souhaitait faire sa nécropole !

Haussmann, nommé préfet de la Seine en 1860, se voit confier par Napoléon III, le réaménagement complet du nouveau Paris englobant des communes avoisinantes. Son action fut si remarquable que son nom est devenu un adjectif : l‘urbanisme haussmannien associé à la destruction de quartiers anciens et au percement de larges avenues bordées d’immeubles imposants et d’hôtels particuliers !

Lire la suite

Nouvelles du Protestantisme français (Lettre 50)

Protestants en Fête 27-29 septembre 2013 à Paris : pendant trois jours, des stands présentant tous les partenaires du protestantisme accueilleront le public dans les jardins de Bercy. Un culte dans le Palais Omnisports de Paris-Bercy sera accompagné de 1000 choristes le dimanche matin, un concert rassemblera la jeunesse le samedi soir, et des animations seront prévues en d’autres lieux et temples parisiens. Le Comité participera à ce rassemblement avec un stand probablement partagé avec la SHPF (Société de l’Histoire du Protestantisme Français) et le CPED (Centre Protestant d’Etude et de Documentation). Ce sera une occasion de faire connaître nos activités, et de promouvoir les principaux acteurs de la mémoire culturelle du protestantisme dans l’hexagone que sont les musées protestants et lieux de mémoire. Nous solliciterons l’aide de plusieurs volontaires pour assurer une permanence, distribuer des tracts, renseigner les gens. Le site www.protestantsenfete2013.org/ vous permettra de suivre le développement du projet et les paroisses relaieront les informations.

Logo stylisé de l'église protestante unieLa décision d’union prise par l’Eglise réformée de France et l’Eglise évangélique Luthérienne de France lors des synodes nationaux de mai 2012 a fait son chemin. Les paroisses ont voté cet automne leurs nouveaux statuts et l’Eglise protestante Unie de France tiendra son 1er synode national les 9‐12 mai 2013 à Lyon. Le logo stylisé évoque la colombe des réformés, au cœur de laquelle on reconnait la rose de Luther.

Lire la suite

1811-2011 : Le temple de l’Oratoire du Louvre célèbre le bicentenaire de son affectation au consistoire réformé de Paris par Napoléon

Une exposition « Deux cents ans de protestantisme à Paris »a mis en scène dans le temple de l’Oratoire du Louvre, 145 rue Saint-Honoré, du 14 octobre au 13 novembre, différentes facettes du protestantisme parisien depuis 2 siècles.

En 1811, en effet, Napoléon attribue aux protestants l’église de l’Oratoire du Louvre[en remplacement de Saint-Louis du Louvre où les réformés célébraient le culte depuis 1790], située au cœur de Paris, à deux pas de la résidence impériale des Tuileries. Le Concordat et les Articles organiques de 1802 ont doté les religions de structures institutionnelles : les pasteurs sont rétribués par l’Etat, les protestants parisiens représentés par un consistoire de 12 membres désignés parmi les « notables ».

La Discipline collégiale héritée de Calvin, en est fondamentalement modifiée, mais après plus d’un siècle de persécutions et de clandestinité, les protestants saluent cette reconnaissance citoyenne. Plus tard, ils participeront favorablement à l’élaboration de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat qui entérinera leur liberté de culte en 1905.

Lire la suite

Le temple-musée de Lemé en Thérache

Nous ouvrons cette année la sixième saison au Temple Musée de Lemé en Thiérache, au Nord du département de l’Aisne. Au cœur du territoire rural de la Thiérache célèbre pour ses églises fortifiées, le musée présente l’histoire de la Réforme protestante et son impact sur la région. Au Nord-est de la Picardie, ce terroir était … Lire la suite

Le protestantisme réformé à Lyon : un peu d’histoire et des projets pour aujourd’hui et demain

La présence protestante à Lyon remonte aux débuts de la Réforme. Lyon a été une ville où le protestantisme s’est installé dès le XVIe siècle. Entre cette période troublée et la Révolution française, la communauté protestante a connu beaucoup de péripéties, comme dans beaucoup de villes du Royaume de France. Je fais maintenant un grand … Lire la suite

Les Archives iconographiques de la Société des Missions Evangéliques Protestantes

images en mission
images en mission

Photographes et missionnaires : deux termes dont on ne soupçonne guère qu’ils puissent aller de pair. On voit le missionnaire une bible à la main. On l’imagine plus rarement appareil photographique au poing. Ce schéma conventionnel ne tient pas devant l’évidence : une évidence dont témoignent les archives de la Société des missions évangéliques de Paris : la photo missionnaire existe ! Il y a eu dès le 19e siècle des missionnaires photographes à l’œuvre sur divers continents !

La collection

Au Défap, à Paris, dans le bâtiment édifié en 1887 pour abriter la Maison des missions, se trouvent conservés plusieurs milliers de documents iconographiques. Ils illustrent l’activité de cette société qui fut à partir de 1830 et pour longtemps l’unique société protestante du monde francophone à envoyer des missionnaires en Afrique, à Madagascar, en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Ils se présentent sous les formes les plus variées : négatifs, tirages papier, diapositives sur plaques de verre mais aussi cartes postales, cartes de géographie et plans de stations missionnaires, dessins, films fixes et animés. Ces images s’insèrent dans un vaste ensemble documentaire regroupant correspondances, rapports d’activité, récits de voyage, journaux intimes. Autant de témoignages écrits, utiles pour expliciter le contexte de production des images, voire les usages auxquels elles donnèrent lieu.

Lire la suite

L’Institut protestant de Théologie : préparer l’avenir

Institut Protestant de Théologie après rénovation
Bien que de création récente, l’Institut protestant de théologie a recueilli l’héritage de quatre siècles d’enseignement supérieur protestant de la théologie organisé par les Eglises issues de la Réforme en France. A la suite de l’Edit de Nantes, à la fin du XVIe siècle, des académies protestantes ont en effet été créées à Sedan, Saumur, Die, Montpellier, Montauban, et Nîmes. A travers diverses vicissitudes historiques, ces académies sont devenues les facultés libres de théologie protestantes de Paris et de Montpellier, regroupées en 1974 au sein de l’Institut protestant de théologie.

La première mission de l’Institut protestant de théologie est de former des pasteurs pour l’Eglise réformée de France et l’Eglise évangélique luthérienne de France.

Comment devient-on pasteur ? On n’est pas toujours sûr de sa vocation. Alors on se renseigne (par exemple sur le site www.iptheologie.fr) et on s’inscrit pour un cycle de licence, soit à Paris, soit à Montpellier. La licence se passe normalement en trois ans. On s’y forme dans six domaines principaux : Etude de l’Ancien Testament, (ce qui suppose l’apprentissage de l’hébreu), Etude du Nouveau Testament (ce qui suppose l’apprentissage du grec ancien), Histoire ancienne, Histoire moderne, Théologie systématique (c’est-à-dire la présentation organisée de la doctrine chrétienne) et Théologie pratique.

Lire la suite