Lucas Cranach et Dürer ont exécuté plusieurs portraits de Luther et de Melanchthon

Une exposition « Cranach et son temps » ouvrira du 9 février au 23 mai 2011, au Musée du Luxembourg (19 rue de Vaugirard, 75006 Paris) dont la gestion a été récemment attribuée à la Réunion des Musées Nationaux. Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553), proche des premiers réformateurs luthériens à Wittemberg, est le témoin des profonds bouleversements politiques … Lire la suite

L’inauguration du temple-musée de Lemé en Thiérache

Temple de Lémé
Temple de Lémé
Le samedi 17 juin dernier, l’Association pour la Sauvegarde du temple de Lemé en Thiérache a inauguré son Temple-Musée. C’est l’aboutissement de 18 années d’efforts. En tout premier, ce fut le sauvetage du clocher qui menaçait de faire s’écrouler la façade. Notre premier Président, Claude-Jean Lenoir, y fut pour beaucoup par une aide exceptionnelle de la Société Genevoise en faveur des Protestants disséminés.

L’ouverture au public de ce temple-musée, les samedis et dimanches après-midi en juillet et août, et pour les journées du Patrimoine en septembre, par une équipe de bénévoles, témoigne de la vitalité d’un terroir rural où la minorité protestante présente son histoire qui remonte aux origines du protestantisme en Brie apporté par des ouvriers saisonniers. Comme à Meaux, où les premiers conventicules hétérodoxes furent animés par un cardeur de laine, c’est un savetier de Lemé, du nom de Georges Magnier, qui en fit de même en Thiérache. Arrêté lors d’une assemblée clandestine vers 1550, il fut l’un des premiers galériens martyr pour sa foi.

Lire la suite

Le Musée international de la Réforme à Genève

Voilà presque 500 ans que Calvin est arrivé à Genève et certaines expressions en portent toujours la marque : on parle de la Cité de Calvin, ou de la Rome protestante. Mais jusqu’à aujourd’hui, en dehors du célèbre Mur de la Réformation, qu’est-ce qui dans la ville l’indiquait ?

Or, maintenant, depuis le 15 avril dernier, est ouvert le M I R, le Musée international de la Réforme. Un parcours pédestre organisé à travers les vieilles rues conduit au Musée en passant par les hauts lieux de l’histoire de la Réforme. Donc désormais les Genevois, comme les visiteurs de passage, peuvent associer dans un même esprit de découverte Calvin, la Réforme et la ville. Mais oui ! il n’y avait pas encore de musée du protestantisme à Genève, alors que quinze provinces françaises s’honorent d’en avoir un. Ce sont d’ailleurs ces différents musées que, tel un guide touristique, présente la brochure éditée par le Centre Protestant d’Etudes et de Documentation : Les Musées du Protestantisme en France (CPED, 47 rue de Clichy, 75009 Paris)

Lire la suite

Le musée virtuel du protestantisme français

Qu’est-ce que www.museeprotestant.org ?

Un musée de plus ? Non, un musée autrement.

www.museeprotestant.org est gratuit et vient jusqu’à vous : pas de file d’attente pour visiter une exposition, ni de temps de transport, ni d’horaires d’ouverture.

Ses collections sont exposées uniquement sur Internet, vous pouvez les imprimer, les conserver dans un carnet de visite, les transmettre à vos amis par e-mail.

Lire la suite

L’association pour la sauvegarde du temple de Leme en Thierache

L’Association pour la Sauvegarde du Temple de Lemé en Thiérache, dans le Nord du Département de l’Aisne et à l’extrémité de la Picardie, est une association culturelle non confessionnelle. Elle n’a pas seulement pour ambition de sauver le bâtiment d’un temple protestant désaffecté qui menaçait ruine, cet objectif est déjà atteint, mais aussi de créer dans ce beau temple un futur Musée du Protestantisme dans le Nord de la France.

Lemé est une commune rurale de 400 habitants entre Vervins et Guise, à peu près à égale distance de Sedan et de Noyon, la patrie de Calvin, où la maison natale du grand réformateur picard a été reconstituée par la Société de l’Histoire du Protestantisme Français après la première guerre mondiale.

Contrairement à Noyon, où le protestantisme n’est qu’une infime minorité, la Thiérache (et le village de Lemé en particulier) appartient à l’un des plus anciens terroirs protestants de France. Il a su, contre vents et marées, s’y maintenir sans interruption depuis les origines du XVIème siècle, grâce à sa nature bocagère et à sa situation frontalière entre Picardie, Cambrésis et Hainaut d’une part, et d’autre part les Pays-Bas espagnols devenus les Provinces-Unies, avec ses églises dites de la Barrière. Lemé est une partie intégrante de la mémoire collective de la Thiérache et du Nord de la France.

Lire la suite

Le guide – mémorial du monument international de la reformation à Genève

Nos amis de l’Association Suisse pour l’Histoire du Refuge Huguenot nous ont fait parvenir la plaquette illustrée de 48 pages, intitulée : GUIDE-MéMORIAL DU MONUMENT INTERNATIONAL DE LA RéFORMATION A GENEVE. Son auteur était Charles Borgeaud, professeur à l’Université de Genève au début du 20e siècle. Ce Guide-Mémorial est trilingue : français, anglais, allemand. Ce monument, unique en son genre, est connu dans le monde protestant sous le nom de Mur des Réformateurs..

La première pierre du monument fut posée en 1909 pour marquer deux grands jubilés : le quatrième centenaire de la naissance de Jean Calvin et le trois cent cinquantenaire de la fondation du Collège et de l’Académie de Genève du vivant du Réformateur.

Lire la suite

Inauguration officielle du musée de la grange de Wassy

Pour comprendre le Musée Protestant de la Grange de Wassy, situé en Haute-Marne près de Saint-Dizier, il faut faire un peu d’histoire.

Le dimanche 1er mars 1562, le duc de Guise, après s’être rendu à la messe de Wassy, força la porte de la grange où un millier de protestants, non armés, assistaient au culte. Les troupes du duc tuèrent et blessèrent une centaine d’hommes, de femmes et d’enfants.

Le massacre de Wassy déclencha immédiatement les guerres de religions qui divisèrent l’Europe et opposèrent les armées catholiques et protestantes, jusqu‘à l’Edit de Nantes signé en 1598 par Henry IV. Ayant supprimé les libertés aux protestants, Louis XIV signa la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685. Au cours de ce siècle, environ 700 000 protestants s’enfuirent pour les pays du Refuge.

Lire la suite

Guerres et paix de religion – Sur le chemin de l’édit de Nantes.

Cette année, l’Assemblée du Désert – le dimanche 7 septembre 1997 – sera orientée par la perspective de l’Edit de Nantes de 1598. La commémoration prochaine de l’Edit de Nantes, en 1998, invite à « revisiter » une période assez ingrate de l’histoire de France : la période des guerres de religion, qui précède l’Edit de Nantes, l’édit du bon Roi Henri IV, devenu synonyme de paix et de liberté religieuse.

Ces guerres entre catholiques et protestants sont issues de l’affrontement, à partir des années 1550, entre deux façons d’être chrétien en France, deux modèles socio-religieux, deux forces : d’un côté une minorité dynamique (10 à 15% de la population du royaume), minorité « réformée » sur le modèle de Genève, structurée en communautés, consciente d’elle-même, luttant pur obtenir une reconnaissance officielle ; de l’autre la majorité du pays et les pouvoirs – Eglise, Parlement et Roi de France – hostiles à l’« hérésie » nouvelle, c’est à dire hostiles à un changement religieux qui représentait alors une sorte de révolution culturelle.

Lire la suite