La Chapelle Royale Protestante de Bruxelles

Le temple de l’Église Protestante de Bruxelles, dénommé « Chapelle Royale », est un petit joyau de l’architecture du 18e siècle.

Grâce aux Articles organiques du 18 germinal An 10, l’Église s’était réorganisée au cours de l’été 1802. Elle était la continuation de la communauté qui se réunissait depuis 1656 dans la chapelle de l’ambassade de Leurs Hautes Puissances les Provinces-Unies des Pays-Bas. Après bien des démarches, elle avait enfin obtenu, le 25 octobre 1804, un décret de l’empereur Napoléon Ier, accordant « un oratoire de la communion réformée à Bruxelles », ainsi que la confirmation de la jouissance du temple, mis à sa disposition par le préfet du département de la Dyle.

Lire la suite

La Mission Evangélique contre la Lèpre

L’action de la Mission Evangélique contre la lèpre est certainement l’une des nombreuses expressions de l’amitié agissante qui traverse les frontières. Le 25 janvier prochain, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Lèpre, je ne doute pas que vous serez nombreux à exprimer votre amitié des peuples en soutenant notre action.

La Mission Evangélique contre la Lèpre est la plus ancienne organisation chrétienne consacrée spécifiquement à l’aide aux malades de la lèpre. Elle a été créée en 1874 par Welesley Bayley, un missionnaire protestant irlandais. C’est aujourd’hui une ONG chrétienne internationale, connue sous le nom de TLMI pour The Leprosy Mission International. Elle est représentée en France par la Mission Evangélique contre la lèpre, une association reconnue d’utilité publique. L’action de notre association française s’exerce dans le cadre de l’organisation internationale.

Lire la suite

L’Armée du Salut

L’Armée du Salut, beaucoup la connaissent de nom. Mais elle est bien plus qu’une organisation caritative. Elle fait le lien entre les valeurs évangéliques et la réalité de tous les jours.

Que ce soit dans la lutte contre l’exclusion, la prévention et l’action éducative auprès des jeunes, l’accompagnement en fin de vie, la solidarité de proximité tout en se référant à la Bonne nouvelle de Jésus-Christ… l’ « armée » fondée par William Booth, au milieu du XIXème siècle, ne désarme pas.

William Booth était un prophète des temps modernes. Révolté par l’extrême misère matérielle et morale des populations ouvrières, il sort de son Église pour prêcher l’Évangile, et lutte pour donner à ces gens des conditions d’existence plus décentes. Avec une poignée de fidèles et de nouveaux convertis il forme une organisation hiérarchique et combative dont le programme se résume en trois mots : Soupe, savon, salut. Aujourd’hui, l’Armée du Salut est à l’œuvre dans 108 pays à travers le monde.

Lire la suite

L’association pour la sauvegarde du temple de Leme en Thierache

L’Association pour la Sauvegarde du Temple de Lemé en Thiérache, dans le Nord du Département de l’Aisne et à l’extrémité de la Picardie, est une association culturelle non confessionnelle. Elle n’a pas seulement pour ambition de sauver le bâtiment d’un temple protestant désaffecté qui menaçait ruine, cet objectif est déjà atteint, mais aussi de créer dans ce beau temple un futur Musée du Protestantisme dans le Nord de la France.

Lemé est une commune rurale de 400 habitants entre Vervins et Guise, à peu près à égale distance de Sedan et de Noyon, la patrie de Calvin, où la maison natale du grand réformateur picard a été reconstituée par la Société de l’Histoire du Protestantisme Français après la première guerre mondiale.

Contrairement à Noyon, où le protestantisme n’est qu’une infime minorité, la Thiérache (et le village de Lemé en particulier) appartient à l’un des plus anciens terroirs protestants de France. Il a su, contre vents et marées, s’y maintenir sans interruption depuis les origines du XVIème siècle, grâce à sa nature bocagère et à sa situation frontalière entre Picardie, Cambrésis et Hainaut d’une part, et d’autre part les Pays-Bas espagnols devenus les Provinces-Unies, avec ses églises dites de la Barrière. Lemé est une partie intégrante de la mémoire collective de la Thiérache et du Nord de la France.

Lire la suite

Société des Cincinnati de France

Le 17 octobre dernier, une cérémonie présidée par Son Excellence Mr. Howard H. Leach, Ambassadeur des Etats-Unis en France, M. Jean-Pierre Lecoq, Maire du VI°arrondissement et le Général de Roquefeuil, Président de la Société des Cincinnati de France, s’est déroulée à Paris, devant le 40 rue du Cherche-Midi, à l’occasion de l’apposition de nouvelles plaques sur l’ancien hôtel de Rochambeau, rappelant la tenue, en cet hôtel, de la première assemblée de la Société des Cincinnati de France en 1784.

Lire la suite

Une invention majeure dans le domaine du textile, la peigneuse mécanique de Josué Heilmann

« Si je passais un peigne profondément et avec force dans les cheveux de cette jeune fille, je les lui arracherais tous » s’exclama un jour Josué Heilmann, s’arrêtant devant une jeune ouvrière sans doute mal peignée qui œuvrait sur une machine textile… »Mais si je commençais par les pointes, petit à petit, je les démêlerais sans peine… C’est cela qu’il faut faire ».

C’est ainsi, sur cette constatation, et avec force de travail et d’essais, qu’il découvrit sa peigneuse mécanique, invention majeure dans le domaine du textile, qu’il appliqua par la suite également à la bourre de soie. On raconte aussi qu’il s’exerçait de longues soirées démêlant la chevelure de son épouse, tout en écoutant ses conseils de brodeuse passionnée. Elle a eu, paraît-il, un rôle prépondérant.

Lire la suite

Les huguenots à Leipzig

Suite aux persécutions infligées aux huguenots à la suite de la révocation de l’édit de Nantes en 1685, plus de 250 000 huguenots contraints à l’exil trouvèrent refuge dans les contrées du nord et de l’Est de l’Europe, beaucoup s’installèrent dans les Flandres d’autres en Prusse occidentale, d’autres se retrouvèrent à Berlin et dans le brandebourg avoisinant, d’autres enfin firent route jusqu’en Saxe et décidèrent de s’installer à Leipzig et à Dresde.

Des familles entières soutenues par leur foi et la conviction qu’ils n’avaient qu’un seul seigneur et maître : DIEU, entreprirent dès la fin du 17ème siècle de vaincre les obstacles de l’expatriation pour s’implanter (s’insérer) dans des contrées lointaines et peu familières.

Leur choix de s’implanter à Leipzig était surtout motivé par des raisons économiques, cette ville jouissant à l’époque d’une grande réputation en matière de commerce international, on trouve d’ailleurs dans les archives cette citation en français «ville de ressources pour les gens capables et désireux de travailler »

Lire la suite

Jean Sébastien Bach / 2000

Quelques jours nous séparent du deux-cent-cinquantième anniversaire de la mort de Jean-Sébastien Bach, né à Eisenach en 1685 et mort à Leipzig le 28 Juillet 1750. Or, il est toujours présent et bien vivant dans le cœur des fidèles, des mélomanes, des chanteurs, des instrumentistes, des organistes et des chefs : à l’Église comme à la salle de concerts, et dans le monde entier. Ce constat tient du miracle, qui prend d’ailleurs une dimension œcuménique.

Par suite de l’alignement au goût du jour, de l’envahissement de l’esthétique de l’Empfindsamkeit, au siècle des Lumières et de l’Aufklärung, à l’époque des fils de Jean-Sébastien BACH et, notamment à la cour du Roi Frédéric le Grand, où s’était répandue la phrase bien connue : « Le Vieux Bach est arrivé », son œuvre était déjà passée de mode. Il faudra attendre 1829, pour que résonne à nouveau la Passion selon Saint Matthieu dirigée par Félix Mendelssohn d’origine juive qui, après sa conversion au luthéranisme, s’est appelé Mendelsshon-Bartholdy pour se différencier de l’autre branche de la famille. A lui revient l’immense mérite d’avoir tiré le célèbre Cantor de l’oubli.

Lire la suite

L’Eglise Protestante Française de Londres

L’Église Protestante Française de Londres, installée à Soho Square, vient de vivre un temps fort en célébrant le 450ème anniversaire de sa fondation.

Son histoire, que nous allons tenter de résumer, est celle des vagues successives de huguenots réfugiés en Angleterre sous l’effet des persécutions religieuses que la France a connues avec le développement des idées de la Réforme.

Dès 1540, avec édit de Fontainebleau ordonné par François Ier, puis sous le règne d’Henri II, lorsque fut instituée la Chambre Ardente de Paris, Londres accueille une première vague de réfugiés.

A ce premier groupe de réfugiés, sous l’influence conjuguée de son oncle, le Protecteur Somerset et l’Archevêque de Canterbury, Cranmer, tous deux sensibles aux idées de Réforme, le très jeune roi Édouard VI accorde sa protection et signe, le 24 juillet 1550, les lettres patentes qui reconnaissent l’existence de l’Église des Étrangers de Londres, et la consacre comme « Église Établie » au même titre que l’église d’Angleterre.

Lire la suite

Le cent cinquantenaire de la fondation John Bost

Jean-Antoine, dit John Bost, est nommé pasteur à La Force en 1844. Sensibilisé aux douloureux problèmes de son époque, il n’a cesse de faire partager ses préoccupations à la paroisse ; grâce à des dons et au travail bénévole de sa communauté, un premier pavillon, « La Famille évangélique », est construit en 1848. Il est destiné à recueillir et à former des jeunes filles en danger moral. Jusqu’à la mort de John Bost en 1881, neuf pavillons seront créés.

Aujourd’hui, avec ses 981 salariés, la Fondation John Bost accueille, soigne, accompagne au long cours 1025 personnes polyhandicapées, handicapées, malades mentales et personnes âgées. 22 pavillons accueillent les résidents dans un environnement paisible et ouvert, sans murailles ni barrières : 19 en Dordogne sur 200 hectares et 5 communes, 1 dans le Tarn et Garonne, 1 en Haute Vienne, 1 bientôt en Seine Maritime. Chaque pavillon est spécifique et complémentaire des autres. Les pavillons sont unis entre eux par une même motivation, un même esprit de service.

Lire la suite