Guillaume de Nautonier de Castelfranc, Géographe du roi Henri IV (Lettre 67)

par Gérard Alaux

 

Gravure de Guillaume de NautonierLe 16 décembre 1620, il vient juste d’y avoir 400 ans, Guillaume de Nautonier s’éteint dans son château de Castelfranc, situé sur la commune de Montredon-Labessonié, dans le département du Tarn.

Issu d’une famille aisée de commerçants du Rouergue, récemment anoblie, Guillaume Nautonier naît le 10 août 1560, près d’Albi, à la toute fin du règne de François II. Son père, qui a embrassé très tôt la religion réformée, le destine à l’état ecclésiastique. Il l’envoie à Lausanne pour s’y former à la théologie. Nautonier entame parallèlement des recherches mathématiques et dans le domaine de l’astronomie.

Il voyage aussi à travers l’Europe au Portugal, en Hollande, en Italie, au Danemark, pour approfondir ses recherches. A son retour en France en 1590 un an après l’accession au trône d’Henri IV, il est nommé pasteur à Réalmont. Il participe activement aux synodes régionaux et nationaux.

En 1593, Nautonier publie son premier ouvrage intitulé « Excellents proverbes composés par le Roy Salomon et réduits en lieux communs selon l’ordre de l’alphabet pour le soulagement des lecteurs ».

Lire la suite

Pierre Toussain(1499-1573), Réformateur de Montbéliard (Lettre 67)

par Christiane Guttinger

 

Pierre Toussain est né en Lorraine en 1499 dans une famille noble, catholique et aisée. Après des études à Metz, Bâle, Cologne, Paris et Rome, il devient, en 1515, chanoine de Metz. Ouvert aux idées humanistes et réformatrices, il en est chassé en 1526.

Il retourne alors à Paris, où il devient l’aumônier de Marguerite de Navarre, mais doit, en 1531, se réfugier en Suisse où il prend contact avec Zwingli, Farel, et surtout Oecolampade qu’il avait déjà côtoyé comme étudiant, à Bâle.

Personnalité indépendante, Pierre Toussain s’insère ainsi dans le réseau de la Réforme qui n’a pas été pensée comme une nouvelle Eglise, mais une rénovation, une ouverture de la religion chrétienne à la modernité et l’esprit scientifique, une rupture avec le cléricalisme.

Toussain est alors invité en 1535 par le duc Ulrich de Wurtemberg, à poursuivre la Réforme implantée par Farel à Montbéliard. Il y régnait alors une situation unique, alliant liberté de conscience et paradoxe culturel. Sous l’autorité du Wurtemberg, le pays était de langue et culture française, mais le peuple parlait un patois de langue d’Oïl, proche de celui de certaines vallées vosgiennes.

Photo du temple Saint GeorgesMontbéliard fut une étape pour les réformés français sur le chemin de l’exil. Certains s’y établirent, si bien qu’une

église des réfugiés, le temple Saint-Georges(Sa construction commencera en 1674 et sera interrompue deux ans plus tard du fait de l’incursion des troupes de Louis XIV dans la principauté.), sera édifiée ultérieurement dans le nouveau faubourg.

Lire la suite

Centenaire de la mort d’Eugène Burnand (1850-1921) (Lettre 67)

par Christiane Guttinger En écho au centenaire de la mort du peintre-graveur franco-suisse Eugène Burnand, à Paris, en 1921, je vous propose d’évoquer plus particulièrement son œuvre religieuse et son profond attachement à la France. Né en 1850 à Moudon, dans le canton de Vaud, Eugène Burnand, obtient son diplôme d’architecture au Polytechnicum de Zurich, … Lire la suite

Les 400 ans du siège de Montauban (Lettre 67)

par Hélène GUICHARNAUD La ville de Montauban s’apprête à célébrer un événement qui a fait date dans la mémoire collective de ses habitants : le siège mis devant elle par Louis XIII en 1621, il y a donc exactement 400 ans. Cet événement prend place dans le cadre des tentatives du jeune roi (il est dans … Lire la suite

Nouvelles du protestantisme français (Lettre 67)

Les musées du protestantisme ont fait preuve d’une grande réactivité avec le déconfinement culturel. Après une mise en sommeil contrainte, la réouverture des lieux culturels annoncée pour le 19 mai a redonné espoir à tous les partenaires qui se sont préparés avec optimisme à l’accueil des visiteurs pour la saison estivale, et nous efforçons d’en faire ainsi l’écho. Vous trouverez en page de couverture le riche programme estival du Musée du Désert.

Le musée du Bois Tiffrais invite à sa fête d’été, le dimanche 11 juillet, avec un culte à sous le grand chêne, une conférence de Nicole Vray sur Bernard Palissy et la visite du musée.

Le Temple protestant de La Rochelle a programmé une série de conférences pour commémorer le 450e anniversaire de la Confession de foi des Eglises réformées de France, dite « de la Rochelle ».

Le Musée du Poitou protestant, à Beaussais, met à l’honneur des femmes protestantes par une exposition temporaire jusqu‘au 10 octobre, et Didier Poton y a donné sur une conférence sur Jeanne d’Albret à la Rochelle, 1568-1572 : La reine de Navarre, rejoint à la Rochelle en 1569 les Grands du parti huguenot afin de leur présenter son fils Henri (futur Henri IV). La Rochelle devient ainsi la capitale politique et militaire du protestantisme français. C’est aussi lors de ce séjour qu’elle comprend et soutient par la signature de lettres de course la guerre maritime contre les Espagnols initiée par l’Amiral de Coligny. C’est aussi l’occasion pour elle d’organiser un synode national en 1571 qui, en présence de Théodore de Bèze, établit la Confession de foi dite « de La Rochelle ». Par son soutien au collège rochelais et à la fondation d’une académie, elle joue un rôle décisif dans la nécessité de former rapidement les futurs pasteurs, indispensables au développement de la réforme calvinienne française.

Affiche pour l'exposition La Princesse PalatineL’exposition La princesse Palatine (1652-1722), La plume et le soleil, fermée lors du confinement, prolongée jusqu’au 27 juin au musée des Avelines à Saint-Cloud, rassemblait une centaine d’œuvres, peintures, gravures, dessins, tapisseries, objets d’art et lettres manuscrites, prêtés par la BNF, et les plus grands musées. Elisabeth-Charlotte de Bavière, fille de l’Electeur palatin Karl-Ludwig, épousa Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV en 1671 à l’âge de 19 ans, portant les titres de duchesse d’Orléans et de « Madame ». Liselotte, princesse allemande élevée protestante se convertit par obligation au catholicisme. Elle bénéficiait d’un appartement à Versailles, mais lui préférait le château de Saint-Cloud, « le plus bel endroit au monde ». Témoin privilégié des mœurs de la cour, elle a laissé une abondante correspondance pleine de verve envoyée à sa famille, ainsi qu’en donne un aperçu son autodescription : « Ma taille est monstrueuse d’épaisseur ; je suis carrée comme un dé à jouer. Ma peau est d’un rouge tacheté de jaune : je commence à grisonner, et mes cheveux sont poivre et sel ; mon front et mes yeux sont tout ridés, mon nez toujours aussi de travers et par-dessus le marché tout brodé de la petite vérole ainsi que mes deux joues plates. J’ai un double menton, les dents gâtées, la bouche un peu endommagée, plus grande et plus ridée ; vous jugez de ma jolie figure ».

Lire la suite

Bibliothèque huguenote (Lettre 67)

Les temps de lecture propices en ces temps de confinement ou couvre-feu, nous avons allongé les suggestions de bibliothèque huguenote. Vous pouvez soutenir par vos commandes la Librairie Calvin qui a renforcé son site et ses services par internet, www.librairiejeancalvin.fr (Alès 04.66.86.16.61 – Paris 01.42.45.07.44 – Cholet 02.41.58.01.17)

Frédéric BARBIER, Histoire d’un livre. La Nef des fous de Sébastien Brant, Paris, Editions des Cendres, 2018, 240 p, 32 €. Cette superbe édition du Narrenschiff paru à Bâle en 1494, remporta un immense succès, traduite en allemand, latin, français, flamand, a été annotée et légendée par. F. Barbier. 109 bois gravés illustrent l’ouvrage, dont 73 attribués à Dürer, les autres à quatre autres graveurs.

Patrick Cabanel et André Encrevé (sous la direction de), Dictionnaire biographique des protestants, tome 1 (ABC), tome 2 (E à G), dont la sortie du 3ème tome est prévue en 2022.

Patrick Cabanel, Evangéliser en France au XXes. Histoire de La Cause – 1920-2020, Ed. La Cause, 2021, 344p., 28€. Les archives de La Cause permettent de retracer l’histoire de ce mouvement d’évangélisation et d’action sociale centenaire, son expansion rapide, les temps difficiles avec la guerre, la disparition du fondateur et son fils aîné en 1944, la poursuite de ses activités.

Lire la suite

Hommage aux docteurs Florence Nightingale et Anna Hamilton (Lettre 66)

par Christiane Guttinger

 En mai 1820, il y 200 ans, naissait Florence Nightingale (Florence 1820-Londres 1910), de parents anglais aisés et cultivés, qui lui donnent eux-mêmes une éducation humaniste qu’elle demande à compléter par des mathématiques. Les Nightingale sont protestants unitariens, attentifs aux autres et aux préoccupations sociales.

Lors d’une épidémie de grippe, Florence qui a alors 17 ans, assure le rôle d’« infirmière, gouvernante, soutien moral et médecin » auprès des malades de son entourage, et écrit dans son journal : « Dieu m’a parlé et m’a appelée à son service».

Lors de voyages en Italie, Grèce et Egypte, elle fait le tour des hôpitaux, et un stage en Allemagne, à l’institut de Kaiserwerth, géré par des diaconesses qui soignent, pansent, préparent les médicaments et assistent les médecins lors d’opérations.

Lire la suite

L’assemblée du 6 septembre 1942 au Musée du Désert (Lettre 66)

par Denis Carbonnier

C’était il y a près de 80 ans.

Nous sommes le 6 septembre 1942. Le premier dimanche de septembre, le jour où, depuis plus de 30 ans, se tient l’Assemblée du Musée du Désert.

Au petit matin, des cars sont partis de Marseille ou de Nîmes vers Mialet. Des jeunes, surtout des scouts en uniforme des Eclaireurs unionistes, ont choisi de rejoindre à pied la châtaigneraie du Mas Soubeyran.

Vers 10h 30, sous un soleil radieux, ils sont ainsi 4.000 à se presser autour de la chaire du Désert, cette chaire qui leur rappelle que durant plus d’un siècle – entre la révocation de l’Edit de Nantes en 1685 et la Révolution française – les protestants n’ont pu exercer librement leur religion.

 

En 1942, c’est de l’histoire ancienne : les protestants sont alors libres de pratiquer leur religion. L’heure est cependant grave. Ce ne sont plus les protestants qui sont pourchassés, mais les juifs.

Lire la suite

Le musée Jean Calvin de Noyon fête ses 90 ans (Lettre 66)

Affiche du musee Jean Calvin

 

Une exposition dédiée à son architecte, Charles Letrosne. Du 18 septembre au 24 décembre 2020(Prolongée jusqu’au 28 février)

 par Christiane Guttinger

 

La maison  natale de Jean Calvin à Noyon avait été complètement détruite lors des bombardements de 1918. La Société de l’histoire du protestantisme français, s’adressa (en 1927) à l’architecte protestant Charles Letrosne pour reconstruire une maison-musée Calvin.

La maison elle-même fut rebâtie sur les fondations de l’ancienne demeure de la famille Cauvin, avec une reconstitution de la « chambre de Calvin », et Letrosne y adjoignit une aile néo-renaissance de 2 étages pour le musée que l’on inaugura en 1930.

A l’occasion de ses 90 ans, le musée Calvin rend hommage à son architecte Charles Letrosne. Né en 1868, il se forma auprès de son père architecte, professeur à l’Ecole des Arts décoratifs, puis à l’Ecole des beaux-arts et obtint un prix de Rome.

Lire la suite

Les 100 ans de La Cause (Lettre 66)

Photo de

par le pasteur Matthieu Arnera, responsable du service communication de La Cause

Pour la Fondation La Cause, 2020 est une année spéciale, non pas à cause de la pandémie que nous traversons tous, mais parce que La Cause a été créée il y a tout juste 100 ans, en mars 1920. Ce nom de La Cause était utilisé par les Réformateurs, par exemple Philip Melanchthon disait : « La cause qui nous met en mouvement c’est celle du Christ ».

Le pasteur Freddy Durrleman a fondé La Cause en 1920, inscrivant son engagement dans le christianisme social. Il a travaillé avec le pasteur Nick dans la misère des rues de Roubaix, puis il a développé avec La Cause une œuvre d’annonce de l’évangile en cherchant à compléter, en quelque sorte, le travail des églises locales, avec une quarantaine de groupes d’actions sur le terrain.

Lire la suite