timbre Idelette de Bure

Idelette de Bure, femme de Jean Calvin

Idelette de Bure, nous est connue grâce à la correspondance de Calvin, Bucer, Farel et Théodore de Bèze. On peut distinguer deux périodes dans sa vie : celle de sa jeunesse et de son mariage avec l’anabaptiste Jean Storder, puis sa vie d’épouse de Calvin à Strasbourg et Genève.

Idelette de Bure nait à Liège en 1505 ou 1506 dans un milieu aisé. Son grand-père, syndic des brasseurs était un notable ; son père tanneur, commerçant en peaux et fourrures, un catholique prospère.

Cependant, Idelette et son frère Lambert fréquentent un petit groupe évangélique assoiffé de lectures bibliques, favorisé par le développement de l’imprimerie et, en particulier, la parution du Nouveau Testament de Lefèvre d’Etaples, imprimé à Anvers en 1523. Idelette y rencontre et épouse un jeune marchand liégeois, Jean Storder, très engagé dans le mouvement anabaptiste radical qui refuse le baptême des enfants. Ils se marient hors de l’Eglise et auront un garçon et une fille.

Le mouvement anabaptiste est réprimé cruellement par l’inquisition. Le couple se réfugie à Strasbourg. Cette ville libre, passée en 1533 à la Réforme[1] de façon indépendante du luthéranisme grâce à Martin Bucer, est un havre pour les réfugiés. Elle est riche depuis qu’elle ne verse plus de revenus au Pape et investit dans l’enseignement universitaire[2] contribuant à son rayonnement intellectuel.

La répression religieuse qui sévit dans le Royaume de France, sous François Ier, amène une multitude de réfugiés à Strasbourg. Calvin[3] appelé par Martin Bucer les prend en charge. La plupart des anabaptistes restent entre eux, mais les époux Storder suivent les prêches de Calvin qui les convertit à la foi « réformée ». L’année suivante, Jean Storder meurt de la peste.

La vie d’une veuve n’est pas facile à l’époque et les remariages fréquents[4] : Idelette de Bure, quoique de 3 ans son aînée, se remarie avec Calvin le 10 août 1540, devant Bucer qui les a rapprochés. Farel dit qu’elle était « probe, honnête… même belle »[5].

Calvin, écrira de cette période strasbourgeoise qu’elle a été la plus heureuse de sa vie. Il n’a pas une bonne santé, mais il est d’une activité débordante. Idelette, intelligente et pleine d’admiration pour son époux, le décharge de tout souci matériel, accueille les visiteurs importants comme ceux qui ont besoin d’aide.

Calvin est rappelé par Farel à Genève en 1541. Il s’y installe le premier. Idelette le rejoint avec sa fille Judith Storder, mais son fils Jean reste à Strasbourg apprendre à tanner les peaux chez son oncle[6].

A Genève, leur vie est économiquement plus facile, Calvin un des hommes les plus influents de la cité. En 1542, Idelette donne naissance prématurément à un petit Jacques qui meurt quelques jours après. Les époux en sont très affectés mais acceptent comme telle la volonté de Dieu.

Mariage de raison à ses débuts, mais bien accordé, dans une estime et une confiance réciproques, Idelette est la confidente et le soutien fidèle de Calvin.

Elle meurt, en 1549. Calvin rend hommage à celle qui fut « une excellente compagne de vie et une assistante de confiance pour mon ministère »[7]. Calvin n’a que 40 ans ; il ne se remariera pas, et depuis, le prénom d’Idelette a été donné à de nombreuses petites protestantes…

Le 1er dimanche de mars, toujours en marge du cinq centième anniversaire de Calvin, nous évoquerons la figure de Farel…

Idelette(Emission du Comité Protestant des Amitiés Françaises à l’Etranger, diffusée sur France-Culture à 8h25, le dimanche 1er février 2009)
par Christiane Guttinger
Lettre N°43

Bibl. Pasteur Marc-François GONIN, Moi, Idelette de Bure, épouse Calvin. Mémoires imaginaires, Ed. Slatkine, Genève, 1990.

Christian WOLFF, Nouvelles glanes sur la famille d’Idelette Calvin à Strasbourg, dans BSHPF, tome 137, p.611-612

Nouveauté : Emile Braekman, Idelette de Bure, épouse de Jean Calvin, ed. Olivetan, juin 2009, 112 p.,12,50 €


[1] sous l’influence de l’homme d’état Jacob Sturm et du réformateur Martin Bucer

[2] Dont le nouveau gymnase de Jean Sturm.

[3] qui a écrit à Bâle l’Institution chrétienne et est alors à Genève, s’installe à Strasbourg pendant trois ans (1538-1541). Il prêche d’abord à l’église Saint-Nicolas des Ondes, puis dans le local plus spacieux des Dominicains.

[4] Ainsi Martin Bucer épouse la veuve du réformateur strasbourgeois Capiton, précédemment veuve d’Oecolampade le réformateur de Bâle !

[5] Lettre de Farel à Fabri, 28 août 1540.

Théodore de Bèze écrit : « grave et honneste, et avec icelle a tousjours vescu paisiblement, jusqu’à ce que nostre Seigneur la retira à soy sans aucuns enfans, car combien qu’elle eut un fils de luy, il mourut incontinent.»

[6] Christian Wolff  rapporte que le frère d’Idelette, Lambert est faiseur d’aumônières entre 1538 et 1542. Ses trois fils restent plus longtemps à Strasbourg ; Lambert Le jeune est mentionné comme faiseur d’aumônières et préparateur de cuir.

[7] Lettre de Jean Calvin à Pierre Viret, 7 avril 1549

Summary : Idelette de Bure, Jean Calvin’s wife

by Christiane Guttinger

We heard about Idelette de Bure thanks to Calvin’s correspondance with his friends Bucer, Farel, and Théodore de Bèze.

She was born in Liège in 1505 or 1506 in a rather well-off family. Her father was a successful catholic tanner. Idelette and her brother however used to go to a small evangelical group to read the Bible. Printing was then in full development and The New Testament, edited by Lefèvre d’Etaples, was printed in Antwerpen in 1523. Idelette met her husband, a young merchant from Liège, Jean Storder, who was much involved in the Anabaptist movement. They married out of the Church and later had a boy and a girl. Because of a severe repression from the Inquisition, the young couple escaped to the free city of Strasburg which had adopted the Reformation in 1533 thanks to Martin Bucer. Strasburg was then a haven for all religious refugees as it was a rich city, paying no taxes to the Pope,

There were so many refugees arriving in Strasburg that Calvin was called by Martin Bucer to take care of them. Most of the anabaptists kept together, but the Storder couple attended Calvin’s preaches and converted to the “reformed” faith. Jean Storder died the following year from the plague disease.

A widow’s life was not easy and second marriages were frequent. Idelette de Bure married with Calvin in 1540. Farel said she was “upright, honest, and even beautiful”. About his Strasburg period Calvin wrote that it was the happiest in his life. Idelette, a clever wife who admired her husband, took all daily chores in her care and welcomed all visitors, the important as the needy ones.

Farel called Calvin to Geneva in 1541, and Idelette went later with her daughter Judith. In Geneva, life was easier, as Calvin was one of the most influent men in the city. In 1542 a premature son named Jacques was born to them who died soon after. Father and mother were deeply sad but accepted it as God’s will.

It was a sensible but well matched marriage. After her death in 1549, Calvin paid a tribute to her claiming her to be “such an excellent life’s companion and trustworthy assistant for my minister’s work”. Calvin was only 40. He did not marry again. Since then, Idelette is a first name given sometimes to small protestant girls.

Laisser un commentaire