Protestantisme et patrimoine, objets et image, à propos de deux ouvrages, publiés récemment (Lettre 61)

 

Traditionnellement, le protestantisme – et tout particulièrement le protestantisme réformé – est réputé comme une religion sans image ou pire sans art, à l’exception notable de la musique. Deux livres parus récemment nous démontrent brillamment qu’il n’en est rien.

Le cinq-centième anniversaire de la Réforme a été pour le Ministère de la Culture l’occasion d’étoffer sa remarquable collection de référence « Vocabulaires » d’un 14e volume consacré au vocabulaire typologique des « Protestantismes ». Sous ce titre (« Protestantismes » au pluriel), sont donc considérés cinq siècles de patrimoine(s) protestant(s) mais aussi les usages, les pratiques ainsi que leur évolution dans le temps et dans l’espace. Dans une perspective très large, il englobe également le patrimoine moins connu que celui des Eglises dites « historiques », à savoir celui des Églises protestantes plus récentes comme, entre autres, l’Eglise baptiste ou encore l’Armée du Salut.

Lire la suite

La Société de l’histoire du protestantisme français lance un appel pour sa rénovation(Lettre 61)

 

Née au printemps 1852, à l’extrême fin de la IIe République, la Société de l’histoire du protestantisme français (la SHPF) est l’une des plus anciennes sociétés savantes de France.

Les fondateurs en étaient douze personnalités, des historiens et des pasteurs, sous le patronage de François Guizot.

Alors que depuis un demi-siècle, la minorité protestante était réintégrée dans la nation française, elle aspirait en effet à se réapproprier son histoire oubliée et décriée, en lui faisant sa place au sein de la grande histoire de France.

Dans ce but, la nouvelle Société lançait une revue, le Bulletin de la SHPF, rassemblant des documents inédits, des enquêtes et des travaux sur l’histoire de la Réforme et du protestantisme, en France et dans les pays du « Refuge ». Publié sans discontinuer depuis 1852, le Bulletin de la SHPF est devenu, à partir de 2016, la Revue d’histoire du protestantisme, pour s’ouvrir à la sociologie, à l’histoire du temps présent, ainsi qu’à l’histoire du protestantisme mondial.

 

Lire la suite

Nouvelles du protestantisme français (Lettre 61)

2018, cinquantenaire de l’assassinat du pasteur baptiste Martin Luther King. Une exposition de panneaux a été inaugurée le 6 avril à la Maison du protestantisme, 47 rue de Clichy, à Paris, et y sera présentée toute l’année. 300 exemplaires sont à la disposition des associations, églises, établissements publics, sur le site www.mlk50.fr. Lors d’une tournée européenne effectuée dix-huit mois après avoir reçu le Prix Nobel de la Paix, Martin Luther King était venu à Lyon le 29 mars 1966, seule étape française, où 5 000 personnes vinrent l’écouter à la Bourse du Travail. La Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu a consacré de février à avril, une exposition « Martin Luther King, le rêve brisé ? » rappelant cette visite et l’ensemble des luttes des Noirs pour leurs droits civiques et sur les personnalités qui les ont défendus, dont Angela Davis, Harriet Tubman ou Rosa Parks

Lire la suite

Bibliothèque huguenote (Lettre 61)

Frédéric Anquetil, Annette Monod, l’Ange du Vel’ d’Hiv’, Ed. Ampelos-poche, 218 p., 12 €. Connue à travers le film La Rafle, la biographie d’A. Monod révèle les différentes étapes de la vie de cette protestante engagée à laquelle sera consacrée l’émission des Amitiés huguenotes du 2 septembre. Samuel BOURGUET, L’aube sanglante, Ampelos, 177 p., 19€. Polytechnicien, fils du … Lire la suite

Bibliothèque huguenote (Lettre 60)

Samuel BOURGUET, L’aube sanglante, Ampelos, 177p.,19€. Polytechnicien, fils du pasteur Pierre Bourguet, l’auteur se préoccupe particulièrement de préserver les vies et améliorer la vie quotidienne des poilus. Mireille-Bénédicte Bouvet, Protestantismes, Vocabulaire typologique, Éditions du patrimoine, collection « Vocabulaires », 2017, 344 p., 390 illustrations, 49€. Cet ouvrage publié sous l’égide du ministère de la Culture par une … Lire la suite

Elie Faure, médecin et critique d’art lettre 59)

portrait d'Elie FaureEn juin et juillet, la ville de Sainte-Foy-la-Grande ( en juin sous l’égide de l’association Cœur de bastide et du Musée du pays foyen, en juillet à l’Hôtel-de-Ville de Sainte-Foy.), en Dordogne, va accueillir, après Paris(début avril 2017 à la mairie du 6eme arrondissement), une très intéressante exposition sur le célèbre historien de l’art Elie Faure. C’est son arrière petite fille, Juliette Hoffenberg qui, 80 ans après sa disparition, la présente avec un catalogue passionnant [aux éditions Somogy,] Elie Faure, Une collection particulière.

Cette exposition nous permet d’évoquer cette forte figure et sa famille.

Elie Faure est le petit-fils du pasteur de l’Eglise libre d’Orthez, Jacques Reclus. Ce pasteur aurait été particulièrement sévère. On rapporte ainsi qu’il enfermait ses enfants fautifs et leur faisait la lecture de la Bible huit heures d’affilée ! Par réaction peut-être, ses enfants ont mis toute leur ferveur à l’avènement d’une société laïque, fondée sur des principes communautaires.

Lire la suite

Nouvelles du protestantisme français (Lettre 59)

Du 20 mai au 17 décembre, une exposition au Musée Calvin à Noyon (Oise) : « 1517 aux origines de laAffiche de l'exposition aux origines de la Reforme     Réforme, Luther et Calvin fondateurs des protestantismes européens du XVIe siècle » présente ces deux fondateurs du protestantisme qui ne se sont jamais rencontrés, ont certains principes communs, d’autres différents, des caractères et natures contrastées, mais ont tous deux contribué à diffuser l’usage courant des langues vernaculaires dans des domaines où le latin était le seul véhicule.

Une exposition de panneaux créés par l’EPU du Sud-ouest, « Martin Luther, portes ouvertes à… » est présentée dans de nombreuses paroisses et lieux, assortie de conférences, créant des occasions de célébrer les 500 ans de la Réforme.

Lire la suite

Nouvelles des sociétés huguenotes de l’étranger (Lettre 59)

« Cités européennes de la Réforme »: ce projet de la Communion d’Églises Protestantes en Europe (CEPE) entend souligner la dimension européenne de la Réforme en créant un réseau de coopération incluant les domaines de l’art, de la culture, du tourisme, de l’histoire et de la spiritualité, avec un réseau de 96 villes de 17 pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Danemark, Ecosse, Estonie, Finlande, Hongrie, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Romanie, Rep. Slovaque, Slovénie, Suisse et Rep. tchèque). Avec La Rochelle, Orthez, Pau, la Région Nouvelle-Aquitaine compte trois des six cités françaises labellisées avec Lyon, Nantes et Strasbourg (site : reformation-cities.org).

 

photo de l'église de LondresL´Église protestante française de Londres, fut fondée en 1550 pour les réfugiés huguenots et wallons, grâce à la charte royale d´Edouard VI accordant en 1548 l’établissement d’églises étrangères. De la trentaine de temples édifiés dont plusieurs à Spitafield, leur quartier privilégié, Soho est la dernière église protestante francophone de Londres. Elle est implantée à Soho Square depuis 1893 dans le temple construit par l’architecte anglais Aston Webb (1849-1930), également connu pour avoir réalisé la façade du Victoria & Albert Museum.

Lire la suite

Bibliothèque huguenote (Lettre 59)

Samuel AMEDRO, De Luther à Luther King, une histoire protestante de la liberté de conscience, Ed. Olivetan, 2017, 136 p., 15 €. Sujet d’une brûlante actualité, cet ouvrage de réflexion est le fruit du travail historique et théologique prélude au grand spectacle son et lumière monté à Mialet sur le site de l’Assemblée du Désert … Lire la suite

Haussmann et Baltard, les 150 ans du temple du Saint-Esprit à Paris

photo du temple du Saint EspritL’église protestante unie du Saint-Esprit, rue Roquépine, édifié à proximité du boulevard Haussmann et de l’église Saint-Augustin, célèbre son cent-cinquantenaire.

Ce temple construit sous Napoléon III en 1865 est très emblématique. C’est le plus grand temple élevé comme tel à Paris, sous la coordination de deux protestants, le baron Haussmann et l’architecte Victor Baltard. Le temple est inclus dans un immeuble qui comprenait des écoles de filles et de garçons, selon une conception associant temple et école chère à la Réforme. A l’intérieur, le grand volume octogonal, est éclairé par une immense verrière zénithale. La façade soulignée par des pilastres ne dépasse pas l’alignement du bâtiment. Un petit campanile abrite la cloche. C’est l’Impératrice qui avait exigé un édifice discret qui ne soit pas visible de Saint-Augustin dont elle souhaitait faire sa nécropole !

Haussmann, nommé préfet de la Seine en 1860, se voit confier par Napoléon III, le réaménagement complet du nouveau Paris englobant des communes avoisinantes. Son action fut si remarquable que son nom est devenu un adjectif : l‘urbanisme haussmannien associé à la destruction de quartiers anciens et au percement de larges avenues bordées d’immeubles imposants et d’hôtels particuliers !

Lire la suite