Hommage aux docteurs Florence Nightingale et Anna Hamilton (Lettre 66)

par Christiane Guttinger

 En mai 1820, il y 200 ans, naissait Florence Nightingale (Florence 1820-Londres 1910), de parents anglais aisés et cultivés, qui lui donnent eux-mêmes une éducation humaniste qu’elle demande à compléter par des mathématiques. Les Nightingale sont protestants unitariens, attentifs aux autres et aux préoccupations sociales.

Lors d’une épidémie de grippe, Florence qui a alors 17 ans, assure le rôle d’« infirmière, gouvernante, soutien moral et médecin » auprès des malades de son entourage, et écrit dans son journal : « Dieu m’a parlé et m’a appelée à son service».

Lors de voyages en Italie, Grèce et Egypte, elle fait le tour des hôpitaux, et un stage en Allemagne, à l’institut de Kaiserwerth, géré par des diaconesses qui soignent, pansent, préparent les médicaments et assistent les médecins lors d’opérations.

Lire la suite

L’assemblée du 6 septembre 1942 au Musée du Désert (Lettre 66)

par Denis Carbonnier

C’était il y a près de 80 ans.

Nous sommes le 6 septembre 1942. Le premier dimanche de septembre, le jour où, depuis plus de 30 ans, se tient l’Assemblée du Musée du Désert.

Au petit matin, des cars sont partis de Marseille ou de Nîmes vers Mialet. Des jeunes, surtout des scouts en uniforme des Eclaireurs unionistes, ont choisi de rejoindre à pied la châtaigneraie du Mas Soubeyran.

Vers 10h 30, sous un soleil radieux, ils sont ainsi 4.000 à se presser autour de la chaire du Désert, cette chaire qui leur rappelle que durant plus d’un siècle – entre la révocation de l’Edit de Nantes en 1685 et la Révolution française – les protestants n’ont pu exercer librement leur religion.

 

En 1942, c’est de l’histoire ancienne : les protestants sont alors libres de pratiquer leur religion. L’heure est cependant grave. Ce ne sont plus les protestants qui sont pourchassés, mais les juifs.

Lire la suite

Le musée Jean Calvin de Noyon fête ses 90 ans (Lettre 66)

Affiche du musee Jean Calvin

 

Une exposition dédiée à son architecte, Charles Letrosne. Du 18 septembre au 24 décembre 2020(Prolongée jusqu’au 28 février)

 par Christiane Guttinger

 

La maison  natale de Jean Calvin à Noyon avait été complètement détruite lors des bombardements de 1918. La Société de l’histoire du protestantisme français, s’adressa (en 1927) à l’architecte protestant Charles Letrosne pour reconstruire une maison-musée Calvin.

La maison elle-même fut rebâtie sur les fondations de l’ancienne demeure de la famille Cauvin, avec une reconstitution de la « chambre de Calvin », et Letrosne y adjoignit une aile néo-renaissance de 2 étages pour le musée que l’on inaugura en 1930.

A l’occasion de ses 90 ans, le musée Calvin rend hommage à son architecte Charles Letrosne. Né en 1868, il se forma auprès de son père architecte, professeur à l’Ecole des Arts décoratifs, puis à l’Ecole des beaux-arts et obtint un prix de Rome.

Lire la suite

Les 100 ans de La Cause (Lettre 66)

Photo de

par le pasteur Matthieu Arnera, responsable du service communication de La Cause

Pour la Fondation La Cause, 2020 est une année spéciale, non pas à cause de la pandémie que nous traversons tous, mais parce que La Cause a été créée il y a tout juste 100 ans, en mars 1920. Ce nom de La Cause était utilisé par les Réformateurs, par exemple Philip Melanchthon disait : « La cause qui nous met en mouvement c’est celle du Christ ».

Le pasteur Freddy Durrleman a fondé La Cause en 1920, inscrivant son engagement dans le christianisme social. Il a travaillé avec le pasteur Nick dans la misère des rues de Roubaix, puis il a développé avec La Cause une œuvre d’annonce de l’évangile en cherchant à compléter, en quelque sorte, le travail des églises locales, avec une quarantaine de groupes d’actions sur le terrain.

Lire la suite

Le Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours (Lettre 66)

hoto de lapremière de couverture de l'ouvrage

photo de la première de couverture du tome 2

 

 

 

 

 

par Florence Zuber-Monod

Cinq ans après la parution du 1er tome, Patrick Cabanel et André Encrevé viennent de publier le 2ème tome du Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, dédié aux initiales D à G.

Ses 1 500 pages, comportant 1 300 biographies pourraient rebuter, mais cet ouvrage remarquablement rédigé, révèle autant de parcours de vies passionnantes animant toute l’histoire des XIXe et XXe siècles français.

Ce dictionnaire biographique prend la suite des 10 tomes du Eugène Haag[2], La France protestante, consacrés aux protestants français de l’Ancien régime, contraints, à l’exception de quelques personnalités, à une vie obscure et clandestine. La lecture de la Bible en famille, l’attention portée à l’éducation des filles comme des garçons, souvent envoyés à l’étranger auprès de leurs cousins du Refuge, préparait la génération de 89 à une ouverture culturelle prometteuse.

Lire la suite

Nouvelles du protestantisme français (Lettre 66)

L’exposition Charles Letrosne, à Noyon, prolongée jusqu’au 28 février, mais fermée comme tous les musées quelques jours après son ouverture, espère encore pouvoir accueillir du public et organiser très hypothétiquement une après-midi de 2 conférences le samedi 13 février, à 14 h 30 : Charles et Geneviève Letrosne, rencontre avec un architecte fécond et sa famille, engagée bénévole auprès des blessés de la Grande Guerre. Le survol de l’ensemble de l’œuvre sera assuré par Christiane Guttinger ; Marie-Pascale Prévost-Bault, conservateur en chef à l’Historial de Péronne, évoquera « Une famille engagée dans la Grande Guerre : le témoignage de Geneviève Letrosne, infirmière bénévole à travers son carnet manuscrit conservé à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne ». Un petit livret d’accompagnement permettra de garder une trace de cette exposition confinée.

Lire la suite

Nouvelles des sociétés huguenotes de l’étranger (Lettre 66)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris, le décès de Simone Saxer, en septembre 2020. Théologienne et historienne, elle fut membre fondateur de la Société suisse pour l’histoire du refuge huguenot en 1986, faisant suite à une exposition sur le Refuge huguenot montée à Lausanne en 1985, puis, en 2009, l’initiatrice de la Fondation VIA, dédiée à l’aménagement du tronçon suisse, du chemin européen Sur les pas des huguenots et vaudois du Piemont. Tant que sa santé le lui permit, Simone Saxer participa à toutes les réunions triennales organisées par le Comité protestant des Amitiés françaises à l’étranger, depuis celle de Fontainebleau en 1972, organisée par l’ambassadeur Jean Basdevant, secondé par Thierry Du Pasquier.

La pandémie Covid a affecté la vie cultuelle, culturelle et sociétale du monde entier, selon des règles un peu différentes et décalées selon les pays.

La Deutsche Hugenotten-Gesellschaft allemande a annulé sa Journée huguenote prévue en juillet 2021 à Hofgeismar, rassemblant généralement une grande foule ; l’assemblée générale se tiendra plutôt en petit comité, à Celle, afin de préserver la santé des participants.

Le n°1/2020 de la revue Hugenotten, publie un long article illustré du pasteur Andreas Flick, président de la Deutsche Hugenotten-Gesellschaft, consacré à la manufacture de chapeaux fondée par le huguenot Pierre Gabain à Celle en 1709. Cette famille de chapeliers, originaire des Cévennes (St-Pierre de Cernon), s’exile à la Révocation, d’abord à Payerne, puis à Celle où leur industrie prospère au XVIIIes. et exporte jusqu’en Russie. Les Gabain exercent des responsabilités d’Ancien dans l’Eglise française jusqu’à sa fusion avec l’Eglise réformée allemande en 1805. L’imposante maison Gabain, Muhlenstrasse 26, dont la partie centrale est surmontée d’un fronton triangulaire, a été restaurée récemment. Les bâtiments d’angle, plus bas, qui devaient abriter les ateliers, sont aussi conservés.

Lire la suite

Claude Goudimel, artiste à la mode, martyr de sa foi (Lettre 65)

Gravure de Claude GoudimelIl est des artistes dont l’œuvre rayonne dans le temps sans que leur vie soit connue. C’est le cas de Claude Goudimel, dont les réformés chantent chaque dimanche les Psaumes.

Sa date de naissance déjà est incertaine, autour de 1520. Il est le fils d’un boulanger de Besançon, ville libre de l’Empire germanique et particulièrement aimée de Charles Quint. Notre chantre des Psaumes n’est donc pas un français de naissance. Il a reçu une éducation musicale et générale sans doute auprès de l’Eglise locale à laquelle il restera attaché puisqu’en 1554/55 il témoigne en faveur de l’archevêque de Besançon dans un procès.

Lire la suite

Étienne Delaune, orfèvre et graveur protestant de la Renaissance (Lettre 65)

Étienne Delaune, fils du tailleur d’habits de François 1er, nait à Milan vers 1519[1].

Il se forme en France, peut-être à Orléans puis exerce comme orfèvre et graveur de médailles à Paris (1551), à la Monnaie du Moulin, créée par Henri II.

Son adhésion à la Réforme contraint-elle Delaune à la discrétion ? A pratiquer en chambre, illégalement, puis, poursuivi, se tourner vers la gravure ? Ses premières estampes remontent à 1561. Il utilise les techniques du burin et de la taille-douce, ainsi que le pointillé inventé par l’Italien Campagnola[2].

Il grave des compositions allégoriques, mythologiques et des suites bibliques d’après des esquisses de Baptiste Pellerin, dessinateur lié au milieu des orfèvres parisiens.

Dans la mouvance des artistes italiens du chantier de Fontainebleau[3], Delaune va jouer un rôle éminent dans la diffusion du nouveau vocabulaire artistique composé de grotesques et rinceaux, habités de petits animaux et chimères.[4]

Lire la suite

Un moment protestant de l’Institut de France. Le concours de 1802 sur la Réformation (Lettre 65)

Le 3 mars 1802, la Classe des Sciences morales et politiques de l’Institut choisit un sujet de concours intitulé « Quelle a été l’influence de la Réformation de Luther sur la situation politique et le progrès des Lumières ».

Ce choix est politique. L’été précédent, Pie VII et Bonaparte ont signé un Concordat déclarant la religion catholique « religion de la majorité des Français ». C’est une déception pour les protestants et les progressistes de l’Institut. Alors que le « parti catholique » triomphe avec la publication du Génie du Christianisme et la ratification du Concordat suivie d’une messe solennelle à Notre-Dame, La Décade philosophique, dirigée par le protestant Jean-Baptiste Say, publie dans le même numéro le texte du Concordat et l’annonce du concours. Bonaparte, qui vient d’épurer le Tribunat en évinçant les idéologues, réforme l’Institut en janvier 1803 : la Classe des Sciences morales est supprimée et ses membres répartis dans d’autres classes.

C’est la Classe d’Histoire et de littérature ancienne qui décerne le prix en mars 1804. Six des sept candidats ont fait l’éloge de la Réforme. Le lauréat est Charles de Villers, officier lorrain catholique de 39 ans émigré à Göttingen où il avait été séduit par la culture allemande ; mais son livre sur la philosophie de Kant, publié en 1801 avec une dédicace à l’Institut, avait déplu aux matérialistes de la Classe des Sciences morales. Villers, qui bénéficie de l’anonymat du concours, n’avait pour appui que le luthérien Georges Cuvier qui préside la Classe des Sciences et quelques historiens protestants de Strasbourg. Il s’est lié avec Benjamin Constant, Germaine de Staël et l’ambassadeur de Berne Stapfer.

portrait de Charles de VillersPortrait de Charles de Villers par Friedrich Carl Gröger, 1809. Portraitiste renommé d’Allemagne du Nord.

(wikipedia commons)

 

Lire la suite