Société des Cincinnati de France

Le 17 octobre dernier, une cérémonie présidée par Son Excellence Mr. Howard H. Leach, Ambassadeur des Etats-Unis en France, M. Jean-Pierre Lecoq, Maire du VI°arrondissement et le Général de Roquefeuil, Président de la Société des Cincinnati de France, s’est déroulée à Paris, devant le 40 rue du Cherche-Midi, à l’occasion de l’apposition de nouvelles plaques sur l’ancien hôtel de Rochambeau, rappelant la tenue, en cet hôtel, de la première assemblée de la Société des Cincinnati de France en 1784.

Lire la suite

New-Paltz, une ville d’Amérique, fondée en 1678 par des huguenots de Flandre et d’Artois

On sait que les Huguenots ont trouvé un refuge en Amérique, à des milliers de kilomètres de leur pays d’origine, mais on ne sait peut-être pas qu’il existe aux États-Unis, dans l’État de New-York, une ville de 8 000 habitants, où le nom de huguenot a été donné à une rue, un journal, un motel, un collège de l’Université, une banque, une équipe de base-ball. Une ville où des centaines d’habitants s’appellent toujours Dubois, Crespelle, Frère, Lefèvre** : des noms qui sont indiscutablement huguenots. Il s’agit de la ville de New-Paltz qui a été fondée en 1678 à 130 km au nord de New-York et qui s’appelait d’abord « le nouveau Palatinat » parce que ses fondateurs étaient des protestants qui venaient de Flandre et d’Artois et s’étaient d’abord réfugiés au Palatinat, entre 1648 et 1670, pour fuir les persécutions des Espagnols et des Français. Ils ont dû fuir plus loin encore quand les armées de Louis XIV ont conquis l’Artois et la Flandre, saccagé le Palatinat.

Lire la suite

La place des huguenots dans l’établissement de la Nouvelle-France

La participation des huguenots à la fondation de la Nouvelle-France, ancienne appellation du Canada et des Etats-Unis, est trop peu connue. Ma mère, Hélène Poulain et mon père, le pasteur André Poulain qui œuvra principalement à Montréal, au Canada français, ont voulu la faire connaître dans le journal « La Vie Chrétienne » (2) qu’il fonda à Montréal en 1951. Dans ce but, ils ont consulté un certain nombre d’ouvrages, ce qui leur a permis de regrouper les noms des principaux huguenots qui ont travaillé à l’établissement de la Nouvelle-France.

L’Amiral Gaspard de Coligny, chef des huguenots, tué pendant le massacre de la Saint-Barthélémy, le 24 août 1572, avait fait le projet d’un grand empire français en Amérique pour permettre aux sujets de la religion réformée persécutés en France de pratiquer leur religion librement. Le roi Henri II approuva d’abord l’idée, puis l’abandonna. Ce qui a fait dire à l’historien canadien Garneau(3) : « En fait, quelles sources de richesse et de puissance il aurait assuré à la France ! Quel désastre il aurait épargné à ses enfants ! Et comme résultat, quel magnifique empire attaché à l’empire français en Amérique ! Mais dans cette période de haine et de passion, les meilleurs intérêts du pays étaient sacrifiés à la fureur du fanatisme et aux peurs d’un tyran égoïste et soupçonneux ».

Lire la suite

Pierre Minuit, fondateur de New-York
Un huguenot dont les actions ont dépassé la légende

L’Association « Héritage huguenot » dont le siège est à New-York, a pour but de faire connaître l’apport historique, culturel et artistique que certains huguenots ont laissé dans leur pays d’accueil. Nous parlerons aujourd’hui de Pierre MINUIT.

Tous les écoliers américains ont entendu parler du mythe « Pierre MINUIT », l’homme qui a acheté l’ile de Manhattan aux Indiens pour 24 dollars en échange de diverses quincailleries et autres babioles. C’était en 1626.

C’est ainsi que Pierre MINUIT devint gouverneur de la colonie hollandaise du Nouveau Monde. C’est un mythe bien ancré en Amérique, bien que les historiens aient réussi à prouver le non-fondé de cette légende d’une manière presque catégorique.

Lire la suite

Nicolas Martiau, Ancêtre Huguenot Français de George Washington 

Le 19 Mai 1995, la municipalité de Rivedoux-en-Ré a décidé de rendre un hommage solennel à l’un de ses enfants les plus illustres en érigeant un monument à la mémoire de Nicolas Martiau, exilé pour sa foi, victime de l’intolérance, et à la gloire de son descendant … George Washington !

*député honoraire, président de l’association M.N.M. « Mémorial à la Mémoire de Nicolas Martiau, ancêtre rétais de George Washington», auteur de Nicolas Martiau, Ancêtre Huguenot Français de George Washington .

Prodigieuse destinée que celle de Nicolas Martiau, protestant convaincu, n’hésitant pas à quitter sa terre natale par fidélité à sa foi huguenote, et qui devait devenir par son mariage en terre d’exil, l’ascendant d’une des plus illustres figures de l’histoire, George Washington … mais aussi d’Elizabeth II, Reine d’Angleterre. Prodigieuse destinée d’un homme aux capacités exceptionnelles, dont la vie marqua les destins de la France, de l’Angleterre et des États Unis.

Lire la suite