Une petite virée de 3 jours organisée en liaison avec la Société huguenote de Grande Bretagne et d’Irlande a permis dernièrement à une vingtaine d’adhérents des Amitiés huguenotes internationales de se rendre sur les traces des huguenots à Londres, Rochester et Canterbury.
A Londres, l’empreinte des huguenots est très vivace dans les quartiers de Spitalfields et Soho.


De nombreux émigrés huguenots s’établirent dans le faubourg de Spitalfields, y développant un grand centre artisanal basé sur le textile. Ils y tissaient la soie, façonnaient vêtements, chapeaux, éventails et articles de mode, tout en introduisant leurs traditions culinaires. Arrivés souvent avec leur savoir-faire comme unique bagage beaucoup connurent la misère. Les plus prospères y pallièrent par la création de caisses de solidarité, d’écoles, de centres de soins, et de temples réformés français dont l’implantation fut facilitée par la charte d’Edouard VI de 1548. Horlogers, orfèvres et imprimeurs s’établirent plutôt dans le quartier de Soho.
L’avènement de Guillaume d’Orange (roi de 1689 à 1702) conforta leur protection et on estime qu’au début du XVIIIe siècle, 1% de la population, soit 50 000 à 60 000 huguenots s’étaient réfugiés en Angleterre. Ils étaient présents dans toute les couches de la société, le négoce, la finance, les arts, la vie culturelle et l’armée.
Sur la quarantaine d’églises françaises créées à Londres, il ne reste aujourd’hui en activité que celle bien dynamique de Soho square, lieu de culte francophone, et centre culturel doté d’une riche bibliothèque et d’archives de 1400 volumes. Actuellement en travaux, de nouveaux espaces y sont aménagés en sous-sol
Rochester huguenot ?
C’est à Rochester que se trouve maintenant « La Providence», une maison de retraite fondée à Londres en 1718 afin d’assurer des soins hospitaliers et une vieillesse décente aux réfugiés et leurs descendants. Un musée huguenot (95 High Street, Rochester)a été créé en centre-ville en 2015. Les collections de l’Hôpital français y illustrent l’histoire de l’immigration huguenote en Angleterre, ses apports spécifiques et sa contribution au développement économique du pays.

La 3ème étape de cette escapade huguenote fut consacrée à Canterbury, ravissante ville dominée par sa cathédrale anglicane où repose Odet de Coligny, frère de l’Amiral et de François d’Andelot. Nommé cardinal à 16 ans, après une carrière ecclésiastique, il se convertit à la Réforme, et fut excommunié par le pape en 1563. Il se maria (sa femme fut ironiquement surnommée Mme la Cardinale !) Il participa à la bataille de St-Denis aux côtés de ses frères, contre son oncle le connétable Anne de Montmorency qui y fut mortellement blessé. Réfugié en Angleterre, il est mort de façon suspecte en 1571, probablement empoisonné par un valet (à Southampton) alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Gaspard à La Rochelle. Inhumé dans la cathédrale de Canterbury à titre provisoire, dans l’attente du transfert de ses restes en France, il y repose toujours.
La crypte romane, dite Chapelle du Prince noir (Edouard Plantagenet, prince d’Aquitaine, XIVe, dont le gisant de bronze en armure cotoie celui de Thomas Becket dans le choeur de la cathédrale) est dévolue à l’Eglise protestante française qui y célèbre régulièrement un culte dominical à 15h.

Ce petit périple huguenot de Londres à Canterbury via Rochester peut se faire individuellement en train et les Amitiés huguenotes internationales sont prêtes à vous fournir quelques détails pratiques.
Si ces petites chroniques historiques vous intéressent, n’hésitez pas à consulter notre site internet « huguenots.fr »

 

par Christiane Guttinger
(Culture protestante, chronique mensuelle des Amitiés huguenotes internationales, diffusée sur France Culture, à 8 h 55, le 7 avril 2019).

assemblage de carreaux représentant les activités des huguenots de Spitalfields

Une évocation murale des activités des huguenots de Spitalfields

 

Tympan de l'entrée de l'eglise huguenote de Soho Square à Londres

Tympan de la porte d’entrée de l’église huguenote
de Soho Square, Londres

Cartouche du tombeau de Odet de Coligny cathédrale de CanterburyCartouche surmontant le tombeau d’Odet de Coligny dans la cathédrale de Canterbury

 

↓ Le pasteur Stéphane Desmarais, le dimanche 24 mars 2019, lors du culte dans la Chapelle du Prince Noir, auquel le petit groupe des Amitiés huguenotes internationales s’est joint aux membres de la paroisse huguenote et à des amis de la Huguenot Society of Great Britain and Ireland.

 

Culte du pasteur S Desmarais dans la chapelle du Prince Noir

 

Laisser un commentaire