Frédéric Anquetil, Annette Monod, l’Ange du Vel’ d’Hiv’, Ed. Ampelos-poche, 218 p., 12 €. Connue à travers le film La Rafle, la biographie d’A. Monod révèle les différentes étapes de la vie de cette protestante engagée à laquelle sera consacrée l’émission des Amitiés huguenotes du 2 septembre.

Samuel BOURGUET, L’aube sanglante, Ampelos, 177 p., 19€. Polytechnicien, fils du pasteur Pierre Bourguet, l’auteur se préoccupe particulièrement de préserver les vies et améliorer la vie quotidienne des poilus.

Mireille-Bénédicte Bouvet, Protestantismes, Vocabulaire typologique, Éditions du patrimoine, collection « Vocabulaires », 2017, 344 p., 390 illustrations, 49€. Cet ouvrage publié sous l’égide du ministère de la Culture par une archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine responsable de l’inventaire général du patrimoine culturel s’attache à présenter le patrimoine protestant à travers son architecture, son décor, les objets liés à la prédication, aux sacrements, la musique, le mobilier, les vêtements, les rites funéraires, les objets du Désert, la piété familiale… Cette démarche iconographique allant à l’encontre des a priori de dépouillement et d’absence d’image du protestantisme révèle une richesse méconnue.

Jean Dytar et Franck Lestringant, Florida (BD), Editions Delcourt/Mirages

256 p. 28 €. Cette jolie bande dessinée pour adultes et adolescents retrace les aventures de Jacques Le Moyne, jeune cartographe, qui participa à l’expédition française de Floride menée par Ribault et laudonnière au XVIe siècle. Réfugié à Londres avec sa famille, il se mure dans le silence et voudrait oublier la tragique issue de cette tentative de colonisation, mais ses dessins et documents intéressent des anglais sans scrupules voulant utiliser ses connaissances de cartographe. Le graveur huguenot Théodore de Bry aurait illustré l’expédition d’après les récits de Laudonnière, et beaucoup d’imagination…

 

Ghislain Verral, Sainte-Foy-la-Grande, une ville protestante (1852-1905), Ed. J-J. Wuillaume, 2017, 286p. 22 €. Les protestants jouèrent au XIXes un rôle primordial dans la vieille bastide huguenote, dans les domaines agricoles, manufacturiers, et comme lieu de formation de la jeunesse protestante (Broca, Faure, Reclus) grâce à des institutions réputées. La pratique de la foi est marquée par des tensions entre réformés libéraux et évangéliques libristes.

Valentine Zuber, L’origine religieuse des droits de l’homme, Labor et Fides, 2017, 384p. 24€. La pensée religieuse protestante se serait sécularisée au travers des révolutions américaine et française, institutionnalisant la responsabilité individuelle et la liberté de conscience. Cela contribua au développement du protestantisme au XIXes. et inspira la pensée politique laïque. La Déclaration universelle des droits de l’homme émise par les Nations Unies de 1948, se voulant universelle, n’a plus de référence religieuse.

Georges Mary (sous la direction de), Martin Luther King, Ed. Croire et lire, 120 p. 8 €.

 

Laisser un commentaire