Samuel BOURGUET, L’aube sanglante, Ampelos, 177p.,19€. Polytechnicien, fils du pasteur Pierre Bourguet, l’auteur se préoccupe particulièrement de préserver les vies et améliorer la vie quotidienne des poilus.

Mireille-Bénédicte Bouvet, Protestantismes, Vocabulaire typologique, Éditions du patrimoine, collection « Vocabulaires », 2017, 344 p., 390 illustrations, 49€. Cet ouvrage publié sous l’égide du ministère de la Culture par une archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine responsable de l’inventaire général du patrimoine s’attache à présenter le patrimoine protestant à travers l’architecture, son décor, le mobilier, les objets liés à la prédication, aux sacrements, la musique, les vêtements, les rites funéraires, les objets du Désert, la piété familiale… Cette démarche iconographique révèle une richesse méconnue.

Patrick Cabanel, Le protestantisme français, la belle histoire, Ed. Alcide, 2017, 160 p, grand format, 35€. Ce protestantisme par l’images, du XVIe à nos jours, présente une sélection d’objets, tableaux et gravures, conservés dans les musées du protestantisme en France et à Genève, est en soi une riposte à la réputation d’un protestantisme uniquement cantonné dans le livre et la parole !

Luther-Calvin, fondateurs des protestantismes européens, Ce catalogue de l’exposition du Musée Calvin de Noyon (20 mai-17 à décembre 2017) remarquablement illustré de gravures rarement exposées en fait un ouvrage de référence.

Jean-François Faba, Claire-Lise Lombard, Bernard Moziman 1914-1918 Les protestants français et la mission, entre patriotisme et universalité : parcours d’archives, édité par Reims, Espace culturel protestant, 2017, 208 p.25€ (disponible au Défap : 01 42 34 55 55 – bibliotheque@defap.fr)

Ghislain Verral, Sainte-Foy-la-Grande, une ville protestante (1852-1905), Ed. J-J. Wuillaume, 2017, 286p. 22 €. Les protestants jouèrent au XIXes un rôle primordial dans la vieille bastide huguenote, dans les domaines agricoles, manufacturiers, et comme lieu de formation de la jeunesse protestante (Broca, Faure, Reclus) grâce à des institutions réputées. La pratique de la foi est marquée par des tensions entre réformés libéraux et évangéliques libristes.

Valentine Zuber, L’origine religieuse des droits de l’homme, Labor et Fides, 2017, 384p. 24€. La pensée religieuse protestante se serait sécularisée au travers des révolutions américaine et française, institutionnalisant la responsabilité individuelle et la liberté de conscience. Cela contribua au développement du protestantisme au XIXes. et inspira la pensée politique laïque. La Déclaration universelle des droits de l’homme émise par les Nations Unies de 1948, se voulant universelle, n’a plus de référence religieuse.

Laisser un commentaire