« Cités européennes de la Réforme »: ce projet de la Communion d’Églises Protestantes en Europe (CEPE) entend souligner la dimension européenne de la Réforme en créant un réseau de coopération incluant les domaines de l’art, de la culture, du tourisme, de l’histoire et de la spiritualité, avec un réseau de 96 villes de 17 pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Danemark, Ecosse, Estonie, Finlande, Hongrie, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Romanie, Rep. Slovaque, Slovénie, Suisse et Rep. tchèque). Avec La Rochelle, Orthez, Pau, la Région Nouvelle-Aquitaine compte trois des six cités françaises labellisées avec Lyon, Nantes et Strasbourg (site : reformation-cities.org).

 

photo de l'église de LondresL´Église protestante française de Londres, fut fondée en 1550 pour les réfugiés huguenots et wallons, grâce à la charte royale d´Edouard VI accordant en 1548 l’établissement d’églises étrangères. De la trentaine de temples édifiés dont plusieurs à Spitafield, leur quartier privilégié, Soho est la dernière église protestante francophone de Londres. Elle est implantée à Soho Square depuis 1893 dans le temple construit par l’architecte anglais Aston Webb (1849-1930), également connu pour avoir réalisé la façade du Victoria & Albert Museum.

Le 10 juin dernier, le pasteur Stéphane Desmarais de l’Eglise protestante française de Soho, et la présidente du consistoire, Carole de Saint-Affrique, ont organisé une journée commémorative des 500 ans de la Réforme autour d’une « conversation » entre la Dr Tessa Murdoch, V&A Museum, et Barbara Julien (Huguenot Society of Great Britain and Ireland).

 

A Genève, le musée international de la Réforme, et son nouveau directeur, Gabriel de Montmollin, ancien directeur des éditions Labor et Fides, présentent pour les 500 ans de la Réforme, jusqu’au 31 octobre 2017, l’exposition « Print », qui met l’accent sur le rôle déterminant de la découverte de l’imprimerie dans la diffusion de la Réforme, de la pensée de Luther, Calvin et de la Bible en langue vernaculaire. Sur une presse reconstruite sur le modèle de celle de Gutenberg actionnée par les visiteurs, une Bible sera imprimée pendant la durée de l’exposition. Un nouveau parcours pédestre d’une heure «Sur les pas de la Réforme» à Genève a été spécialement créé pour le jubilé.

« Les protestants dans le christianisme en Chine aujourd’hui », tel était, le 1er juin, le sujet d’une conférence de Michel Chambon (Boston University), organisée par l’Institut Ricci-centre d’études chinoises, et le Département Religions et Cultures du Centre Sèvres. Le protestantisme en Chine est en forte croissante au point d’influencer la société civile dans son ensemble et d’attirer l’attention des observateurs étrangers. Certains types ecclésiaux ont été plus étudiés (les Églises de famille et celles de Wenzhou), mais Michel Cambon s’intéresse aussi aux Églises officielles pour mieux comprendre comment elles englobent un grand nombre des protestants chinois et leur place dans le christianisme en Chine contemporaine. Dans le Blog de Liens protestants, Journal des protestants du Nord, du 1er janvier 2014, auquel avaient collaboré M. Cambon et le pasteur Marie Kim-James de l’Église presbytérienne coréenne de Paris (Église Sonann), il était dit que « La Corée et la Chine se distinguent avec respectivement 20 % (soit 10 millions de fidèles) et 5 % (soit 60 millions de fidèles) de protestants… Les protestants seraient donc plus nombreux, en pourcentage et en valeur absolue, aux pays de Confucius que dans la France de Calvin ! L’histoire nous réserve parfois des renversements de situation étonnants ! ».

 

Par ailleurs, Pascal Bourdeaux (maître de conférences de l’École Pratique des Hautes Études – Religions de l’Asie du Sud-Est), représentant de l’École française d’Extrême-Orient à Hô Chi Minh Ville (ex-Saigon) de 2012 à 2015, et Jérémy Jammes (ethnologue et enseignant-chercheur à l’Université de Brunei) ont publié Chrétiens évangéliques d’Asie du Sud-Est. Expériences locales d’une ferveur conquérante (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 392 p). P. Bourdeaux a aussi écrit une histoire du temple protestant de Saigon, construit en 1904, utilisé ensuite par les anglais puis les Américains, et transformé de nos jours en bureaux.

 

Christina Griffiths, vice-présidente de la Hugenotten Gesellschaft est venue à Paris le 17 mai, invitée par l’Association des protestants du Palais, faire une brillante causerie sur « Le rôle et l’importance des femmes dans la Réforme protestante, dans le Saint-Empire romain germanique« . Femmes du peuple, citadines ou nobles, femmes de pasteur ou théologiennes ; la Réforme a permis une certaine reconnaissance sociale de la femme, mais conjointement, l’image d’une femme au foyer, mère de famille l’a limitée à un « rétrécissement fonctionnel »…

Le Hugenottentag a été célébré à Magdebourg.

Le musée huguenot de Bad Karlshafen présente jusqu’au 31 aout 2017, une exposition sur la « Confirmation, un enfant de la Réformation ».

Le Kirchentag 2017 a revêtu une importance particulière à Wittenberg et Berlin. La Fédération protestante de France y a été présente, la Fondation Eugène Bersier – Musée virtuel y a présenté un montage sur les musées du protestantisme de France.

 

La dynamique Huguenot Society of Australia présidée par la Dr Marcia Cameron a recruté de nouveaux membres et se réunit désormais très régulièrement autour de conférences sur l’histoire des Wallons et Huguenots, au Gordon Baptist Church Hall de Sydney, mais aussi à Brisbane et Camberra. Le site internet www.huguenotaustralia.org.au a été rénové, un « Culte protestant français » célébré tous les 2èmes dimanches du mois à l’Eglise baptiste de Newton. Dans le dernier « Huguenot Times », Robert Nash révèle la découverte de baptêmes huguenots consignés dans le registre d’une église anglicane irlandaise de Lisburn. On connaissait l’existence d’une colonie huguenote liée au régiment du duc de Schomberg et de Guillaume d’Orange, mais le registre de Lisborn restait introuvable ; il n’y en eut peut-être pas si le registre anglican était utilisé ! Y sont mentionnés plusieurs baptêmes concernent la famille Crommelin originaire de Saint-Quentin dont les descendants émigrèrent en Grande-Bretagne, Irlande, Etats-Unis, Australie, Inde, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud et Canada !

Laisser un commentaire