Le dernier n° des Proceedings of the Huguenot Society of Great-Britain and Ireland, vol XXIX N°4 publie plusieurs articles très intéressants dont un de Ruth Whelan sur Le voyage extraordinaire d’Elie Neau (vers 1662-1722) naturalisé anglais et galérien protestant français. L’ambigüité du titre de l’article reflète la situation de cet émigré huguenot né en Charente, commerçant dans les Caraïbes, installé à New York où il prend la nationalité britannique pour commercer librement, jusqu’au jour où otage d’un corsaire de St-Malo il est ramené en France et, en tant que protestant français, il est envoyé aux galères… Son aventure tumultueuse ne s’arrête pas là, et nous l’évoquerons sans doute dans une de nos prochaines émissions. D’autres articles évoquent le sort de la famille Lamy, tisserands de Bolbec à Spitafields ; la « forme de police ecclésiastique instituée à Londres en l’Eglise (réformée) des Français » sous le ministère de Nicolas des Gallars vers 1559-1563 à l’exemple de Genève  ; l’exil de Vaudois au Cap de Bonne Espérance.

gravure de migrants protestants salzbourgeois 1731

 

La « Salzburger Verein« , association des émigrés protestants salzbourgeois a célébré le centenaire de sa fondation à Bielefeld (Allemagne). Cette association perpétue les liens entre descendants de la grande émigration de 22 000 luthériens (1/5° de la population) expulsés de Salzbourg (Autriche) par l’archevêque Léopold Anton von Firmian en 1731 et dont 15 000 se fixèrent en Prusse orientale accueillis par Frédéric Guillaume.

L’Eglise wallonne de Dordrecht fête son 450e anniversaire par des festivités échelonnées sur 6 mois. Le week-end du 8-9 octobre a été ponctué par une soirée musicale française au programme très varié, terminé par A toi la gloire entonné par une nombreuse assistance, un culte accompagné par trois flutistes, et un repas chaleureux. Une exposition installée dans les caves du Stattenzaal Hof, mêlant objets de vitrine, panneaux, films et moyens audiovisuels, a permis, du 5 au 26 octobre, de mieux faire connaître l’histoire des églises wallonnes et en particulier celle de Dordrecht. M. Herman A. van Duinen prépare un livre bilingue, abondamment illustré, à paraître pour un symposium le samedi 14 mars 2012. Depuis 1586 une bonne partie des réfugiés arrivés en plusieurs vagues est restée aux Pays-Bas et s’est intégrée à la population hollandaise, mais l’Eglise wallonne de Dordrecht est toujours une communauté francophone, vivante et accueillante qui unit ses forces et fusionne avec l’Eglise wallonne de Breda, à partir de janvier 2012, en un seul consistoire et 2 lieux de culte sous la houlette du pasteur R.-L. Dewandeler.

L’Association Suisse pour l’Histoire du refuge Huguenot consacre son n° 28 à l’histoire de la principauté de Neuchâtel et ses gouverneurs huguenots nommés par les rois de Prusse.

Le 500e anniversaire de la naissance de Pierre Viret (1511-1575), réformateur du pays de Vaud qui diffusa ses idées par de petits opuscules en français, a été célébré à la cathédrale de Lausanne et à Orbe, sa ville natale. Une exposition virtuelle www.viret2011.ch développe certains thèmes chers au réformateur : « richesse et pauvreté, éducation, corruption du pouvoir, iconoclasme, vraie et fausse noblesse, méfaits du célibat des prêtres, sans oublier une critique en règle de la messe papale et du clergé catholique« . Parallèlement des ouvrages originaux de Viret étaient exposés durant l’été au Palais Rumine de Lausanne.

portrait de Dickens par Phyz 1837

PORTRAIT DE DICKENS PAR PHYZ 1837

La Grande-Bretagne va fêter en 2012 le bicentenaire de la naissance de Charles Dickens. Nous ne lui connaissons pas d’ascendance huguenote mais on peut rapprocher ses descriptions de la pauvreté du quartier londonien de Spitafield du sort des nombreux réfugiés huguenots établis dans ce quartier, vivant misérablement du tissage de la soie. Par contre, Valerie Browne-Lester, a établi que son ancêtre l’illustrateur principal des œuvres de Dickens, Hablot Knight Browne (1815-1882), alias « Phyz » descendait de Michel et Hélène (née Descharnes) Bruneau qui avaient anglicisé leur patronyme en Michael et Eleanor Brown, enterrés en 1747 dans le cimetière de Christ Church, une des églises d’origine huguenote de Spitafield.

Le musée huguenot de Bad Karlshafen a fait l’objet d’une nouvelle plaquette illustrée préfacée par le pasteur Jochen Desel qui participa à sa création en 1989 dans une ancienne fabrique de tabac de cette ville fondée pour accueillir les réfugiés huguenots par le Landgraf Karl von Hessen-Kasse en 1699. Les collections se déploient maintenant sur trois étages, présentant l’histoire des vaudois et du protestantisme, ainsi que l’émigration des réfugiés persécutés. Ils furent accueillis en Allemagne, dans les différentes principautés, s’établissant dans des villes anciennes et des colonies crées à leur intention, marquant fortement l’artisanat, l’industrie et la culture de leurs apports. Gravures, objets, livres, cartes des principaux itinéraires d’exil, portraits, photos de temples et inscriptions gravées aux linteaux des maisons, méreaux, argenterie, médailles commémoratives, sont autant de témoins de cet impact perceptible dans l’Allemagne moderne.

2 Réponses à “Nouvelles des sociétés huguenotes de l’étranger”

  1. harbonnier dit :

    y-a-t-il une liste des français (tisseurs)du quartier Spitafields entre 1750 et 1800?
    pourrait-on trouver l’acte de mariage à Christchurch Spitafieds le 28/10/1776?
    de:Jean-charles DELBAR(RE) et Sarah NICHOLS
    Merci de m’aider
    cordialement
    Michel H.

  2. Geoffrey Oosterhoudt dit :

    I am trying to find an English copy of Nicolas des Gallars’ « Police et Disciplne Ecclesiastique observée en l’Église:
    (1) de la Langue Françoises à Londres
    OR
    (2) des Éstrangers François à Londres
    I apologize for the period dialectical spellings above, but I found reference to so many « different » descriptions of the titles of his various writings that I felt that I might probably succeed in finding at least ONE version from you in complete form. I would appreciate locating an English translation, but can possibly get by with a modern French version, although my « college French » is a bit rusty. Thank you in advance.
    Geoffrey C. Oosterhoudt
    Honorary State President & Librarian
    The Huguenot Society of Georgia

Laisser un commentaire