C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Mr John Strang, le 25 mars 2012 à New York. Après avoir remonté ses origines huguenotes jusqu’à son ancêtre marié au château de Chamerolles à l’époque où l’on y découvrit la chapelle protestante du XVIe siècle, John Strang avait fondé à New York l’association du Huguenot Heritage dédiée à tout ce qui touchait la culture et plus particulièrement l’apport des créateurs huguenots (artisans, artistes, hommes célèbres), faisant appel à un cercle huguenot élargi à des chercheurs, historiens, conservateurs de musées et de bibliothèques.

 

Notre comité avait toujours entretenu d’étroites relations avec la Société royale d’Histoire du Protestantisme Belge animée pendant de très nombreuses années par le pasteur Émile Braekman qui avait demandé à être remplacé. Le Pr Robert Hostetter, nouveau président de la SRHPB a relevé le défi, entouré d’une nouvelle équipe, avec la parution d’un riche Bulletin n°144.

Le 6 octobre prochain se tiendra à Londres, à l’Orange Street Congregational Church (édifiée sur l’ancien site de l’église protestante française de Leicester Field) un colloque consacré à L’héritage huguenot à Londres, dédié à l’historien Robin Gwynn. Y seront évoqués entre autres, la position religieuse des huguenots entre conformité (anglicanisme) et non-conformité, le pasteur drômois Daniel Chamier fondateur de l’église de Leicester Field au XVIIes, les orfèvres huguenots, les familles Montagu et Thelusson.

En 1612,  la première Eglise baptiste était créée en Angleterre.

 

Le Musée historique de Lausanne présente jusqu’au 1er juillet, une exposition « Clichés à feuilleter«  par le photographe Adrien de Constant-Delessert (1806-1876),  provenant de deux albums acquis par ce musée chez Sotheby’s à Paris à l’automne 2011. Issu d’une vieille famille du pays de Vaud, fut un des premiers à se lancer dans la réalisation d’images photographiques, au début des années 1840. Il produit d’abord des daguerréotypes et des épreuves sur papier salé, avant d’adopter la technique du collodion, qu’en «habile amateur», selon le propos d’un confrère, il soumettra à toutes sortes d’expérimentations. Il fut membre de la Société française de photographie. Plusieurs clichés pris à Lausanne témoignent d’une vision champêtre et romantique de l’époque.

 

Reliant Poët-Laval à Bad Karlshafen, le sentier de grande randonnée huguenot empruntant le chemin des réfugiés fuyant les persécutions religieuses progresse : après Poët-Laval-Genève, une nouvelle section vient d’être inaugurée en Suisse, sous l’égide de l’association VIA. Le 2 juin dernier, une centaine de personnes a vogué à bord d’une reproduction de galère de Genève à Morges, puis cette « marche nautique » s’est poursuivie à pied d’Aubonne au temple puis au château de Morges. Des milliers de huguenots poursuivirent leur chemin, mais beaucoup se fixèrent sur les rives du Léman. Ainsi le diamantaire de Louis XIV, Jean-Baptiste Tavernier, puis Henry Duquesne (fils du marin dieppois Abraham Duquesne dont le cœur est emmuré dans le temple d’Aubonne) furent seigneurs d’Aubonne.

Laisser un commentaire