L’Association « Héritage huguenot » dont le siège est à New-York, a pour but de faire connaître l’apport historique, culturel et artistique que certains huguenots ont laissé dans leur pays d’accueil. Nous parlerons aujourd’hui de Pierre MINUIT.

Tous les écoliers américains ont entendu parler du mythe « Pierre MINUIT », l’homme qui a acheté l’ile de Manhattan aux Indiens pour 24 dollars en échange de diverses quincailleries et autres babioles. C’était en 1626.

C’est ainsi que Pierre MINUIT devint gouverneur de la colonie hollandaise du Nouveau Monde. C’est un mythe bien ancré en Amérique, bien que les historiens aient réussi à prouver le non-fondé de cette légende d’une manière presque catégorique.

Du point de vue français, la mise au point la plus importante, c’est que MINUIT n’était pas du tout hollandais. Il était le fils d’un wallon émigré en Allemagne. Mais il faut savoir qu’à l’époque « wallon » n’avait pas la même signification qu’aujourd’hui. C’était ainsi que les hollandais appelaient les réfugiés qui arrivaient des régions francophones des Pays-Bas. Plus tard ils étendirent cette dénomination à tous les protestants francophones, qu’ils viennent des Pays-Bas ou de France.

On peut apporter d’autres amendements à cette épopée. MINUIT ne fut pas le premier homme à gouverner la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, colonie d’alors et qui aujourd’hui s’appelle New-York. Cornelius May et Wilhem Verhulst l’ont précédé dans cette fonction. Gouverneur n’est d’ailleurs pas le terme exact qu’il faudrait employer, car la « New-Netherland » était une entreprise commerciale et non pas une entité gouvernementale. Il serait plus juste de dire « Administrateur général ».

Nos connaissances à propos de la « New-Netherland » présentent bien des lacunes, car la société a vendu plus tard toutes les archives pour en faire de la pâte à papier…

Ainsi nous ne pouvons pas savoir avec certitude qui a vraiment négocié avec les Indiens. Verhulst avait reçu l’ordre de s’en occuper, mais il n’est pas clairement établi si c’est lui ou son successeur MINUIT qui a pris ces négociations en charge et ce qui a été vraiment fait. La valeur (non la teneur) des articles que les Indiens ont reçus en échange de Manhattan, consignée dans une lettre fait état de 60 guilders, en conséquence, une somme beaucoup plus élevée que 24 dollars en faisant la conversion.

Qu’il ait acheté ou non Manhattan, MINUIT n’en demeure pas moins une des personnalités les plus importantes de l’histoire de l’Amérique et peut-être la plus importante parmi ceux des Huguenots qui ont contribué à la fondation de cette nation. Non seulement il a géré la colonie de la « New – Netherland », mais il a aussi fondé la première implantation européenne au Delaware en 1638.

Pierre MINUIT serait né vers 1589 à Wessel, qui faisait alors partie du duché de Clèves. Il avait épousé une femme issue d’une famille influente de la région. Son père, Jean Minuit, un wallon qui avait demandé la citoyenneté de Wessel en 1584, s’était également allié à une famille influente de la région. Pierre émigra à Utrecht et c’est sans doute à ce moment-là qu’il décida de rejoindre la Nouvelle Hollande. Il ne fit pas partie des tout premiers colons dont la plupart étaient aussi appelés wallons selon le terme hollandais ; il était déjà installé quand Verhulst en 1625 l’envoya explorer les fleuves Hudson et Delaware. En 1626 Verhulst fut écarté du pouvoir et MINUIT nommé à sa succession.

Sa principale responsabilité en tant que gouverneur fut de superviser le commerce de la fourrure avec les Indiens et cela s’avéra très lucratif. Il maintint des relations très amicales avec les colonies britanniques et n’y eut jamais d’incident à déplorer durant son administration. Dans la ferme dont il était propriétaire, il expérimenta la culture du tabac, mais il cultivait aussi des produits plus classiques.

Cependant MINUIT devint victime de conflits politiques entre les partisans de la limitation du commerce de fourrures et ceux qui voulaient donner plus d’importance à l’agriculture. Il fut remplacé en 1632.

L’établissement qu’il avait fondé à l’embouchure du Delaware demeura un avant-poste suédois jusqu’à ce que les Hollandais ne s’en emparent en 1655.

MINUIT périt dans un ouragan aux Antilles en 1638.

(Émission du Comité protestant des Amitiés Françaises à l’Étranger, diffusée le dimanche 3 Octobre 1999, à 8h25 sur France-Culture)
Par Loïs Stewart, traduit et présenté par Francine Stein
« La Lettre » N°24 de Décembre 1999

Laisser un commentaire