Lary Cassatt, peintre américain impressionniste, est née en 1844 et morte en 1926.

Ce n’est tout de même pas ordinaire de parler d’un peintre à la radio, mais voilà que l’association huguenote de New York a récemment célébré le peintre ; ensuite il s’agit d’un peintre d’origine huguenote. Enfin le musée américain de Giverny présente jusqu’au 30 octobre une exposition intitulée « Le passage à Paris : les peintres américains en France 1870-1930 ». De plus, il y a eu cette année dans ce même musée de Giverny, une exposition d’avril à fin juillet qui présentait des gravures et estampes de Mary Cassatt.

Vous savez peut-être qu’il existe dans de nombreux pays du Refuge des associations huguenotes, en Australie, en Allemagne, en Grande-Bretagne et Irlande, en Pologne, aux Etats-Unis…

L’association Huguenot Heritage, à New York, comme beaucoup d’autres sociétés huguenotes, s’attache à développer et renforcer les liens historiques ; ces liens qui relient les membres à leurs ancêtres huguenots, émigrés pour leur foi. Ainsi, elle publie des ouvrages, organise des expositions et des conférences, soutient des projets de recherche et de formation ; elle achète aussi des objets anciens ayant appartenu à des huguenots pour éviter leur dispersion et les rassembler lors de manifestations, etc. C’est une association très vivante et active. Nous pouvons bien sûr en donner l’adresse.
De nouvelles eaux-fortes et estampes de Mary Cassatt ont été récemment découvertes ; l’association Huguenot Heritage, à New York, en janvier 2005, en a profité pour organiser une grande réception dans la galerie exposant ces œuvres.

Pourquoi Mary Cassatt ? Mais parce qu’elle était d’origine huguenote !
Mary Cassatt est née aux Etats-Unis en 1844. Sa famille descend d’un certain Jacques COSSART (le nom a été déformé pour devenir CASSATT). Ce Jacques COSSART est né en Picardie, aux environs de 1595. On peut suivre les traces de cette famille huguenote qui échappa aux persécutions en s’enfuyant aux Pays-Bas, puis en Allemagne, avant d’arriver dans le nouveau monde. La famille s’installa d’abord à New Amsterdam, plus tard appelée New York ; et les membres de la famille COSSART furent acceptés comme membres de l’Eglise Réformée de New Amsterdam le 1er avril 1663.

Mary Cassatt partit à vingt et un ans, -pour une femme à cette époque, c’est bien jeune- pour étudier l’art en France et Europe. Elle expose dès 1868 au Salon, à Paris (elle n’a que vingt-quatre ans), et décide en 1874 de s’installer à Paris pour de bon. Elle se lie d’amitié avec Berthe Morisot, Manet, Monet et Pissarro et devient une amie intime d’Edgar Degas qui eut une forte influence sur son style. Degas, séduit par sa peinture, l’invite à participer au salon des Indépendants, où elle accroche des toiles à quatre reprises, avec les Impressionnistes.
Mary Cassatt connaît vite la célébrité, en Europe et aux Etats-Unis ; son œuvre couvre des domaines variés, peinture, pastels, gravures. Elle décrit bien souvent un univers intimiste et bourgeois, une mère avec son enfant, une femme cousant, ou buvant une tasse de thé, ou lisant son journal… Mary Cassatt traitait souvent ses tableaux comme de vrais portraits. Sa sœur Lydia fut l’un de ses modèles favoris.
Elle expose à plusieurs reprises chez le marchand Durand-Ruel, à Paris et à New York, et grâce à la fortune de sa famille, elle peut soutenir et encourager les artistes impressionnistes. Elle contribue ainsi très largement à l’engouement des Etats-Unis pour cette nouvelle peinture française. Grâce à elle, son frère et l’une de ses amies américaines devinrent des collectionneurs avertis.

Artiste reconnue, Mary CASSATT reçoit la Légion d’honneur en 1904. Comme le dit le titre d’une exposition qui eut lieu au Musée d’Orsay, il y a près de vingt ans, elle fut « une pionnière au côté des Impressionnistes ».

(Emission du Comité Protestant des Amitiés Françaises à l’Etranger, diffusée le dimanche 7 août 2005, sur France-Culture, à 8 h 25.)

par Alix GUIRAUD
Lettre N°36

SUMMARY : MARY CASSATT

by Alix GUIRAUD

Mary Cassatt, (1844-1926), an American artist of Huguenot origin, is in the news at the moment. Exhibitions of her work have recently been held both in New York and at the American museum in Giverny. This is largely due to the fact that some of her engravings and prints have recently been discovered, so in January 2005 the Huguenot Heritage association held an exhibition of her work in New York. This association encourages historic links between its members and their forbears, who had to emigrate because they were persecuted for their beliefs. (The address can be obtained from the Comité).

And now, more about Mary Cassatt. She descended from Jacques COSSART, (the name was anglicised to become CASSATT), born in 1595 in Picardy. The family had to flee, because of their faith, to Holland, Germany and finally the States, settling in New York around 1633. About 200 years later, Mary Cassatt crossed the Atlantic and came to France to study art. Indeed, her talent was soon recognized : her pictures were included in the 1868 Salon in Paris and also in the Salon des Indépendants, where the Impressionists showed their work. As they influenced her a great deal she soon counted them among her friends, for example Berthe Morisot, Manet, Monet, Pissarro and especially Degas. Her style depicted a cosy, happy, family-centred world devoid of material cares. It was largely thanks to her influence that the Impressionists became so popular in the States. In conclusion, a full life was crowned with success when she received the Légion d’honneur in 1904 for her contribution to art.

Une Réponse à “Mary Cassatt peintre américain impressionniste”

  1. Havard dit :

    Rouen le 19 12 2010,

    Bonjour,
    Merci pour ce résumé complet sur Mary Cassatt.
    Présidente de l’association Regards vers Mary Cassatt, après étude des Huguenots
    de Rouen je me permets de souligner que ses ancêtres étaient de Rouen Normandie.
    Les archives de Rouen ont des documents qui le prouvent voir les Cossart Huguenots
    de Normandie voir également le livre la draperie en haute Normandie .
    Cordialement Me Havard

Laisser un commentaire