L’Association pour la Sauvegarde du Temple de Lemé en Thiérache, dans le Nord du Département de l’Aisne et à l’extrémité de la Picardie, est une association culturelle non confessionnelle. Elle n’a pas seulement pour ambition de sauver le bâtiment d’un temple protestant désaffecté qui menaçait ruine, cet objectif est déjà atteint, mais aussi de créer dans ce beau temple un futur Musée du Protestantisme dans le Nord de la France.

Lemé est une commune rurale de 400 habitants entre Vervins et Guise, à peu près à égale distance de Sedan et de Noyon, la patrie de Calvin, où la maison natale du grand réformateur picard a été reconstituée par la Société de l’Histoire du Protestantisme Français après la première guerre mondiale.

Contrairement à Noyon, où le protestantisme n’est qu’une infime minorité, la Thiérache (et le village de Lemé en particulier) appartient à l’un des plus anciens terroirs protestants de France. Il a su, contre vents et marées, s’y maintenir sans interruption depuis les origines du XVIème siècle, grâce à sa nature bocagère et à sa situation frontalière entre Picardie, Cambrésis et Hainaut d’une part, et d’autre part les Pays-Bas espagnols devenus les Provinces-Unies, avec ses églises dites de la Barrière. Lemé est une partie intégrante de la mémoire collective de la Thiérache et du Nord de la France.

L’actuelle paroisse réformée de la Thiérache, l’Eglise de Landouzy-Parfondeval-Hirson est une paroisse rurale vivante qui apporte, avec la municipalité de Lemé, un soutien actif à notre projet de Musée Protestant au Temple de Lemé.

Au XIXème siècle, l’apôtre du Réveil religieux fut le Pasteur Antoine COLANI qui consacra tout son ministère à la Thiérache pendant 34 ans. Un de ses fils, Timothée Colani, né à Lemé, grand théologien libéral, a fondé la Revue de la Faculté de Théologie de Strasbourg. Antoine Colani soutint aussi la Société des Missions Evangéliques de Paris, si bien que deux des trois premiers missionnaires français envoyés en Afrique du Sud étaient de Thiérache. Ils s’appelaient Isaac BISSEUX et Prosper LEMUE. Puis le Pasteur Charles CAILLATTE implanta à Lemé un orphelinat de garçons qui a accueilli 2 000 enfants durant ses 150 ans d’histoire.

Notre futur Musée aura donc trois axes :

1°- l’histoire du Protestantisme en Thiérache, dans l’Aisne et dans le Nord de la France du XVIème siècle à nos jours

2°- l’Asile évangélique de Lemé et l’aide à l’enfance

3°- les Missions protestantes au Sud de l’Afrique.

Lorsque Théodore Monod est venu à Lemé appuyer le lancement de notre projet, il a rappelé que l’histoire devait servir le présent. C’est pourquoi nous souhaitons aussi donner une dimension sociale à notre projet et créer un Atelier du Livre, c’est-à-dire une sorte d’entreprise artisanale de reliure et de reprographie, dans ce pays frappé par un taux élevé de chômage et qui investit dans le tourisme transfrontalier avec son circuit d’églises fortifiées.

Nous avons reçu en avril deux visites notables :

– d’abord un groupe d’une vingtaine de descendants de Huguenots américains de New Paltz (Etat de New-York) dont les ancêtres sont partis de l’Artois et ont sans doute fait étape en Thiérache en route pour le Palatinat dont le Prince était calviniste. Chassés à nouveau par l’armée de Louis XIV, ils s’embarquèrent ensuite à Rotterdam pour le Nouveau Monde.

– puis les quatre-vingts participants au Colloque Européen des Musées protestants réunis à Noyon qui sont venus découvrir notre Temple de Lemé le mardi 30 avril, après avoir visité le Familistère de Guise.

La prochaine manifestation de notre Association pour la Sauvegarde du Temple de Lemé se tiendra au Temple de Lemé le samedi 21 septembre 2002. J’y donnerai une conférence sur le Roi Henri IV en Picardie, des années 1594 à 1598 de son règne : de la victoire à la paix. Le Temple sera ouvert aux visiteurs dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, le lendemain dimanche 22 septembre.

Amis, curieux de notre histoire, profitez-en pour manifester votre intérêt à notre projet en nous rejoignant à Lemé le samedi 21 septembre à 15 h. C’est à deux heures de Paris par l’Autoroute A4 et la Nationale 2, à 10 km à l’Ouest de Vervins.

(Emission du Comité Protestant des Amitiés Françaises à l’Etranger du dimanche 4 août 2002 sur France-Culture à 8h25)
par le Pasteur Paul Lienhardt

Laisser un commentaire