Le 350ème anniversaire de la Reine Charlotte-Amélie et l’Église Réformée Française de Copenhague

Charlotte Amélie, Reine de Danemark en 1670, épouse de Christian V de Danemark, second monarque absolu de ce pays qui voulait alors politiquement imiter la France, est l’unique souveraine calviniste qui ait régné sur ce pays très officiellement luthérien depuis 1536.

Elle eut quatre enfants de son époux, et Christian V fut pour sa femme un parfait gentilhomme. Il avait eu la chance de la rencontrer à ses quatorze ou quinze ans lors d’un voyage en Hesse, chez son père le prince de hesse-Cassel et sa mère une marquise de Brandebourg. On possède peu de tableaux la représentant, mais elle avait un frais minois, de type presque méridional, qui a dû plaire au futur fiancé, lassé peut-être des beautés walkyriennes de son propre pays.

Lire la suite

L’Eglise Protestante Française de Londres

L’Église Protestante Française de Londres, installée à Soho Square, vient de vivre un temps fort en célébrant le 450ème anniversaire de sa fondation.

Son histoire, que nous allons tenter de résumer, est celle des vagues successives de huguenots réfugiés en Angleterre sous l’effet des persécutions religieuses que la France a connues avec le développement des idées de la Réforme.

Dès 1540, avec édit de Fontainebleau ordonné par François Ier, puis sous le règne d’Henri II, lorsque fut instituée la Chambre Ardente de Paris, Londres accueille une première vague de réfugiés.

A ce premier groupe de réfugiés, sous l’influence conjuguée de son oncle, le Protecteur Somerset et l’Archevêque de Canterbury, Cranmer, tous deux sensibles aux idées de Réforme, le très jeune roi Édouard VI accorde sa protection et signe, le 24 juillet 1550, les lettres patentes qui reconnaissent l’existence de l’Église des Étrangers de Londres, et la consacre comme « Église Établie » au même titre que l’église d’Angleterre.

Lire la suite

Le Centre Protestant d’Études et de Documentation

On peut faire remonter l’origine du CPED à 1943 quand le pasteur Boegner, par suite de l’interdiction des Mouvements de Jeunesse, a crée le CPJ, Centre Protestant de la Jeunesse et l’a confié à Claire Jullien dans le but d’avoir un organe de liaison entre les jeunes qui étaient alors dispersés. De là sont nés le Bulletin où l’on pouvait aussi parler de livres qu’on avait aimés, et la Bibliothèque où on laissait des livres pour que les autres les lisent. Au lendemain de la guerre, cette organisation née des circonstances, est devenue permanente et elle a pris, en 1947, le nom de CPED, avec la double vocation de faire connaître le Protestantisme aux non-protestants et d’aider les protestants à comprendre l’évolution politique, économique, sociale, culturelle du pays qui se transformait et où ils se devaient d’être présents. Et cette double vocation est toujours la nôtre aujourd’hui.

Lire la suite

Joyeux-Dimanche
une catéchèse protestante par correspondance

Un service d’Eglise pour les disséminés

<span>J</span>oyeux-Dimanche est le service de catéchèse par correspondance de la Société des Ecoles du Dimanche. L’objectif de ce service est d’aider les familles qui ne peuvent pas utiliser les services catéchétiques proposés dans les paroisses par les Eglises réformées ou luthériennes. Ces difficultés sont quelquefois d’ordre géographique, la famille résidant, soit en France mais loin d’une paroisse, soit à l’étranger.

A ces problèmes d’éloignement s’ajoutent d’autres motivations : certaines familles choisissent d’inscrire leurs enfants à Joyeux-Dimanche car ils suivent une double catéchèse catholique et protestante.

Lire la suite