photo de la Chapelle Saint Louis à Orange

CHAPELLE SAINT-LOUIS,
ANCIEN GRAND TEMPLE D’ORANGE (1633)

Orange ? Sans doute connaissez vous cette cité du Vaucluse pour son passé romain, son amphithéâtre et son arc de triomphe inscrits au répertoire mondial de l’Unesco.

Le 1er comte d’Orange, Guillaume au Cornet, est un compagnon de Charlemagne. Il libère la ville de l’occupation sarrasine et, plus tard, abandonne toutes ses richesses pour entrer au monastère qui, après sa canonisation, deviendra Saint-Guilhem-le-Désert. Raimbaud II, comte d’Orange, participe à la Ière croisade, s’illustre à Antioche et Jérusalem (Sa statue est érigée au XIXe siècle sur la place de la République).

Terre d’Empire, l’empereur Frédéric Barberousse élève Orange en 1163 au rang de Principauté, sur laquelle règnent les Princes des Baux, qui battent monnaie, puis les Chalon.
plaque apposée sur la chapelle Saint LouisMais pourquoi les footballers hollandais arborent-ils des tenues orange ? On peut en faire remonter l’origine à Guillaume Ier de Nassau, dit le Taciturne. Il hérite de la principauté d’Orange au XVIe siècle et devient ainsi le fondateur de la dynastie d’Orange-Nassau. Il reçoit très jeune cet héritage, assorti d’une clause : il doit être élevé à Bruxelles dans la foi catholique, sous la protection de Charles Quint, alors que les Nassau étaient luthériens. Mais lorsqu’il devient stathouder -c’est-à-dire chef de la province de Hollande, de Zélande et d’Utrecht- il s’oppose à Philippe II d’Espagne avec l’aide des huguenots français et se convertit au protestantisme en 1573.

Au cours des 1ères guerres de Religion, les protestants d’Orange brûlent les reliques et endommagent la cathédrale qu’ils utilisent brièvement comme temple. Les troupes papales venues d’Avignon ripostent, massacrent les réformés, détruisent en partie le château (1562). A la fin du XVIe s, l’académie protestante d’Orange est une pépinière de pasteurs.; Jean de Serres, le frère de l’agronome, y enseigne la théologie (de 1591 à 1597). Au XVIIe, Au siècle suivant, le prince Maurice de Nassau (1567-1625) renforce les fortifications par l’adjonction cinq grands bastions, transforme Orange en une puissante citadelle, qui sera complètement détruite sur ordre de Louis XIV par le comte de Grignan.

Savez-vous aussi pourquoi les protestants d’Irlande sont dits Orangistes ?
Guillaume III d’Orange monte sur le trône d’Angleterre en 1690, remportant sur son beau-père, le catholique Jacques II, la bataille de la Boyne, qui est encore aujourd’hui commémorée en Irlande du Nord par des processions de l’Ordre d’Orange.

A la paix de Ryswick (1697) qui met fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg, Louis XIV est contraint de reconnaître Guillaume III comme roi d’Angleterre et de lui rendre la principauté d’Orange, qu’il occupait depuis 1685. Le culte réformé est rétabli, le Grand Temple reconstruit en deux ans (1698-1700) à l’endroit même où le premier avait été détruit trois ans auparavant, à la Révocation de l’édit de Nantes. Mais à la mort de Guillaume III, Louis XIV s’empare à nouveau de la principauté. Le grand temple est donné à un collège catholique et désormais dédié à Saint-Louis. Les protestants s’exilent jusqu’en Afrique du Sud où un fleuve s’appelle l’Orange.

L’Eglise réformée d’Orange doit à Napoléon l’attribution de son temple actuel, une ancienne église de Dominicains de la fin du XVIe siècle flanquée d’une tour clocher qui vient d’être restaurée. Elle est actuellement desservie par un pasteur néerlandais.

Les liens d’Orange avec la Hollande perdurent : ainsi, en 1952, la reine Juliana planta symboliquement un chêne sur la colline Saint-Eutrope où s’élevait le château de son ancêtre.

L’office du tourisme d’Orange diffuse un itinéraire protestant d’Orange. En septembre prochain, une importante délégation de descendants de Huguenots fera étape à Orange, dans le cadre de la XVIe Réunion Internationale de Descendants de Huguenots, organisée pendant une semaine par notre Comité, sur les pas de l’histoire du protestantisme en Vallée du Rhône.

par Christiane Guttinger

(Émission du Comité Protestant des Amitiés Françaises à l’Étranger diffusée sur France Culture, à 8h55, le 6 mai 2012)

Une Réponse à “L’histoire protestante d’Orange”

  1. bruno MALET dit :

    bonjour,
    j’ai eu le plaisir de restaurer cet édifice,
    aujourd’hui membre de l’ A.P.O.O, je participe aux recherches sur le château d’orange.
    si vous avez des renseignements je vous en remercie,
    cordialement, B MALET

Laisser un commentaire