Évangile et liberté vient de fêter ses 120 ans d’existence. C’est le journal du protestantisme libéral, né à la fin du 19e siècle et qui est aujourd’hui plein de vitalité et de dynamisme. Il paraît tous les mois et propose des textes de réflexion sur la vie, sur la société, sur Dieu, sur la foi chrétienne, sur les religions. On y trouve des textes de réflexion, mais aussi des billets d’humeur, des recensions de livres, des textes de méditation. Il a pour spécificité de promouvoir un christianisme d’ouverture, c’est-à-dire, ouvert sur le monde, qui se laisse interpeller par l’actualité, par la société, mais aussi par la culture, la science, les autres religions.

Le protestantisme libéral revendique une foi chrétienne sans esprit d’orthodoxie, c’est-à-dire sans vérité toute faite, indiscutable, fermée à la critique. Sa raison d’être est de refuser le divorce qui existe trop souvent entre la foi et la raison. Croire, c’est aussi comprendre ce que l’on croit, interpréter, donner du sens. C’est en refusant ce divorce entre la foi et la raison que l’on empêche la foi de servir l’obscurantisme. Evangile et liberté aime poser des questions, des questions qui appellent des réponses différentes, et des questions qui restent ouvertes. Des questions souvent inattendues, provocatrices peut-être parfois, des questions qui souhaitent stimuler la réflexion. Il y a dans le christianisme, comme dans beaucoup de religions, des dogmes ou des affirmations qui sont convenus, qui ne veulent plus forcément dire grand-chose. Une des vocations du journal, c’est justement de proposer de nouvelles manières de penser la foi. Comment parler de Dieu aujourd’hui dans le monde qui est nôtre ? Voilà l’une des questions essentielles qui nous motive dans le journal. Evangile et Liberté défend l’idée que Dieu est toujours au-delà de ce que l’on dit de lui. Nos conceptions de Dieu, nos confessions de foi, nos convictions, tout cela est important, mais tout cela demeure relatif, expression d’une culture toujours marquée dans le temps. Nos expressions de la foi sont toujours appelées à évoluer, à s’adapter, à accepter la critique. Les religions ont toujours besoin d’être critiquées ; car c’est la critique qui les empêche de se figer, de devenir sectaire, de sacraliser leurs points de vue. Et en même temps, il faut aussi reconnaître que les religions peuvent aussi bien sûr être porteuses d’une critique féconde et nécessaire pour la société dans son ensemble.

Evangile et liberté publie chaque mois une charte en 5 points qui définit le protestantisme libéral : la primauté de la foi sur les doctrines, la vocation de l’homme à la liberté, la constante nécessité d’une critique réformatrice, la valeur relative des institutions ecclésiastiques, notre désir de réaliser une active fraternité entre les hommes qui sont tous, sans distinction, enfants de Dieu.

C’est aussi un mouvement, le Mouvement du protestantisme libéral qui organise régulièrement des rencontres et des journées d’études, un site Internet: « evangile-et-liberté.net ». Vous pouvez aussi nous écrire au 4 rue de l’Oratoire, 75001Paris.

(Extrait de l’émission du dimanche 4 février 2007, où le Comité protestant des amitiés françaises à l’étranger a offert son temps d’antenne sur France-Culture, à « Evangile et Liberté ».)
par le pasteur Raphaël Picon
Lettre N°39

Une Réponse à “Evangile et liberté, Le protestantisme libéral”

  1. DUMERIL Jacques dit :

    Chers Amis
    Je fus dans les années 60-70 abonné à Evangile et Liberté!
    Je souhaite à nouveau m’abonner /edition papier
    Veuiller m’indiquer comment je dois procéder:
    Pouvez-vous m’envoyer un spécimen et vos tarifs
    Cordiaux messages
    Mon adresse: Jacques Duméril
    Eichholz 3
    CH 8618 OETWIL-AM-SEE (Zurich)
    Suisse

Laisser un commentaire